Suite à l’arrivage de plus d’un million de doses de vaccin contre la Covid-19, le professeur Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique chargé du suivi et de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Algérie, a lancé, hier, un appel à accélérer le rythme de vaccination afin d’atteindre l’immunité collective. Ajoutant que la distribution des vaccins se fera en fonction des wilayas les plus touchées, dont notamment les 19 qui sont toujours sous confinement partiel.

Par Sihem Bounabi
Intervenant sur les ondes de la Chaîne I de la Radio algérienne, le Pr Mahyaoui a précisé à ce propos que «le dernier lot de vaccins que l’Algérie a reçu vendredi dernier, estimé à plus de 750 000 doses, et le deuxième lot, estimé à 500 000 doses, qui sera reçu ce lundi, permettront une augmentation du taux de vaccination en attendant d’autres arrivages les jours à venir».
Tout en saluant les instructions du Premier ministre pour accélérer la campagne de vaccination contre la Covid-19, le membre du Comité scientifique a appelé le personnel médical supervisant la campagne de vaccination, notamment au niveau des centres de santé, à accélérer le rythme de ce processus en tenant compte de la disponibilité des vaccins qui seront distribués en fonction des wilayas les plus touchées. Il est à noter que ces wilayas ont été déterminées, hier, lors de la réunion tenue par le Comité chargé de la vaccination au ministère de la Santé sous la tutelle du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.
Dans ce contexte, le Pr Mahyaoui a rappelé que la priorité est donnée aux personnes âgées et aux malades chroniques car ce sont les plus vulnérables face à la Covid-19. Il a, dans ce sillage, lancé un nouvel appel aux citoyens algériens concernés pour s’inscrire sur la plateforme numérique dédiée à cette campagne de vaccination.
Face à la polémique concernant l’efficacité de certains vaccins par rapport à d’autres, même si la plupart des Algériens ont une préférence pour le vaccin russe Spoutnik V, Riad Mahyaoui a affirmé que le seuil minimum pour l’efficacité d’un vaccin est de 50%, un seuil que les différentes marques de vaccin acquis par l’Algérie respectent et même à un niveau supérieur, soit entre une moyenne de 70% et 90%.
Par ailleurs, le Pr Mahyaoui affiche son optimisme quant au vaccin qui sera fabriqué en Algérie à partir de septembre prochain pour faire face à cette pandémie. Concernant la situation épidémiologique, le membre du comité scientifique a expliqué que «les enquêtes épidémiologiques se déroulent à un bon rythme grâce à la participation des citoyens, ce qui a permis un contrôle et une stabilisation de la situation épidémiologique malgré la propagation des variants».
Concernant la saison estivale, selon le membre du comité scientifique, pour le moment, il n’y aura pas de restrictions d’autant plus que l’expérience de l’été dernier a démontré qu’il n’y avait pas de danger de contagions à grande échelle surtout dans les espaces en plein air, tels les plages ou les espaces de loisirs. Malgré cela, il insiste pour respecter les gestes barrières tels que la distance physique et le lavage fréquent des mains afin d’éviter tout risque de propagation du coronavirus ou de ses variants.
A propos de l’ouverture des frontières aériennes à partir du mois de juin prochain, le Pr Riad Mahyaoui a souligné que «le protocole sanitaire sur lequel on va s’appuyer pour l’accueil des voyageurs, à partir de début juin, n’est pas différent des protocoles précédents». Toutefois, il met en exergue la nuance selon laquelle les voyageurs qui arrivent d’un pays où seraient enregistrés une forte propagation des nouveaux variants seront soumis à des protocoles plus stricts que ceux qui viendraient de pays où la situation épidémiologique serait plus stable. Pour rappel, l’Algérie a entamé́ la campagne de vaccination contre le coronavirus durant le mois janvier dernier dans l’objectif de vacciner 70% de la population algérienne, afin d’atteindre l’immunité collective visée, mais cet objectif a été ralenti à cause du retard dans l’acquisition des vaccins anti-Covid-19. En termes de chiffre, le Pr Mahyaoui a souligné, hier, qu’il faut 42 millions de doses de vaccin pour arriver à l’immunité d’un minimum à 20 millions ou plus d’Algériens. De ce fait, la campagne de vaccination devrait se poursuivre jusqu’à 2022. Avec les nouveaux arrivages, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a affirmé que la campagne de vaccination contre la Covid-19 sera accélérée de à partir de la fin mai et juin.