Par Sihem Bounabi
Le sujet de la révision du statut particulier des professionnels de la santé publique est revenu sur le devant de la scène, lundi dernier lors des visites du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, au service de pédiatrie de l’hôpital Nafissa-Hamoud, ainsi qu’au service des urgences de l’hôpital Mustapha-Pacha.
En marge de sa visite à l’établissement hospitalier Mustapha-Pacha, le ministre de la Santé a d’abord déclaré que sa visite était un geste de solidarité avec le personnel de la santé qui s’acquitte de sa mission en ce jour de fête, mettant en avant «l’importance de ce genre d’initiative». Il a tenu à rappeler «l’intérêt particulier qu’accorde le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au secteur de la santé, notamment la révision des statuts, ajoutant que son département s’attèle à examiner ce dossier en collaboration avec les partenaires sociaux».
Il est à noter que ce mois d’avril a été marqué par une polémique autour du statut particulier des travailleurs de la santé publique suite à l’annonce d’Abderrahmane Benbouzid, dans un communiqué public, de la révision des statuts à la surprise générale des syndicats et des partenaires sociaux.
A ce sujet Dr Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique avait déclaré, suite à cette annonce, qu’«on est surpris ensuite d’apprendre dans la presse que le statut de la Fonction publique va être complètement refait. Cela n’a rien à voir avec ce que l’on avait fait l’année dernière lorsque l’on était parti sur un amendement du statut particulier avec le maintien du statut de la Fonction publique de 2006. Maintenant, c’est le flou total, on ne sait pas ce qu’il est advenu de la copie du statut particulier ni quel est le cadrage de ce nouveau statut et on ne sait pas ce qu’ils veulent faire de notre statut particulier», soulignant qu’«on se retrouve avec une copie d’un statut des praticiens spécialistes de la santé publique dont on n’était pas au courant, on se retrouve avec un statut de la Fonction publique dont on ne sait pas s’il va changer ou non. On est tout simplement dans le flou total. C’est malheureux que le ministère de la Santé ne communique pas avec les partenaires sociaux et qu’il n’instaure pas un dialogue franc».
De son côté, la Coalition nationale des syndicats de la santé (CNSS), regroupant huit syndicats des différents corps de santé publique, a également exprimé son incompréhension face à cette annonce. En effet, Dr Abdelhamid Salah Laouar, coordinateur de la Coalition nationale des syndicats de la santé (CNSS) regroupant huit syndicats des différents corps de santé publique, également président du Syndicat national des médecins généralistes de santé publique (SNMGSP), avait souligné le fait d’avoir été surpris de prendre connaissance par voie de presse, à travers le communiqué du ministère de la Santé annonçant un certain nombre de mesures au profit des personnels du secteur. La CNSS avait estimé que «les mesures annoncées n’apportent rien de nouveau ni de concret dans la prise en charge des revendications légitimes et les préoccupations socioprofessionnelles de nos adhérents». Soulignant toutefois que «le ministre de la Santé ne pourrait jamais mettre en place quoi que ce soit sans la participation effective et active des professionnels de la santé».
De même Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPS), avait déclaré que «le fait que les partenaires sociaux, et donc notre syndicat, soient informés par un communiqué rendu public pour dire qu’ils ont finalisé les statuts, sans revenir aux partenaires sociaux, c’est vraiment grave». Ajoutant : «Nous avons appris qu’il y a deux mois, un travail concernant l’amendement du statut général de la Fonction publique a été fait, et là c’est très grave car les statuts particuliers découlent de nature du statut général de la Fonction publique», affirmant qu’«on ne peut pas concevoir des statuts particuliers alors qu’il y a un statut général de la Fonction publique qui est en train d’être amendé». <