En colère, la Confédération des syndicats algériens (CSA) appelle le gouvernement à l’associer aux discussions sur les questions socio-économiques et sur le projet de révision du statut général de la Fonction publique. Passant en revue leurs principales revendications, hier à Alger, les syndicats autonomes de la CSA n’ont pas manqué de tirer la sonnette d’alarme quant à l’érosion du pouvoir d’achat. Dans une conférence de presse, ils ont également mis en garde le partenaire gouvernemental de réviser le statut général de la Fonction publique 6/03 sans les associer.

PAR MILINA KOUACI
La Confédération des syndicats algériens (CSA) a mis en garde, hier, le gouvernement de réviser le statut général de la Fonction publique 6/03 sans associer les syndicats autonomes dans le débat. Elle estime, également, qu’il est judicieux d’élaborer une nouvelle loi relative à l’exercice syndical, en harmonie avec l’évolution du monde du travail.
A quelques jours du Ramadan, les syndicats autonomes constituant la CSA ont exprimé, lors d’une conférence de presse tenue hier à Alger, leur colère quant à «l’explosion des prix» des produits de large consommation. Pour eux, l’augmentation des prix «a fortement impacté» le pouvoir d’achat des travailleurs, et mettent en garde contre une «explosion sociale» dans le cas où le gouvernement ne remédie pas à la situation dans les meilleurs délais.
La CSA a appelé, en effet, le gouvernement à «consolider le pouvoir d’achat et à l’améliorer» pour le bien-être des travailleurs et préconisé la création d’un observatoire national du pouvoir d’achat. Les conférenciers sont revenus également sur la loi 14/90 relative aux modalités d’exercice syndical, adoptée dernièrement par les deux chambres du Parlement. Les syndicats ont reproché au gouvernement d’effectuer «quelques changements» afin de se conformer aux recommandations de l’Organisation internationale du travail (OIT). Ladite confédération estime que l’exercice du droit syndical implique d’élaborer une loi qui cadre avec les évolutions du monde du travail.
S’agissant de la loi 06/03 relative au statut général de la Fonction publique, la CSA estime qu’elle nécessite une révision, mais pas en dehors des syndicats autonomes qu’il faut associer à son élaboration et son enrichissement. «La loi 06/03 a été élaborée sans associer les représentants des travailleurs ou du peuple», regrette la CSA, qui met en garde d’une éventuelle adoption ou révision du statut général de la Fonction publique sans associer les syndicats dans le débat ou son enrichissement, prévient-elle.
La CSA saisit également l’occasion pour appeler au rétablissement du droit de départ en retraite anticipée. «Le départ en retraite anticipée n’était pas le motif du déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR)», estiment les conférenciers, qui préconisent ainsi de rétablir le droit de départ en retraite anticipée afin de corriger «une erreur commise par le gouvernement». Enfin, la CSA a exprimé son soutien et sa solidarité avec les syndicats autonomes des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux qui tiennent des protestations pour revendiquer la révision de la prime de zone sur le salaire de base actuel au lieu de celui de 1989 et d’unifier la généralisation de la prime d’excellence à tous les travailleurs. <