En déplacement, hier, dans la wilaya de Tindouf, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali, a indiqué qu’il n’était pas normal qu’un simple citoyen paie sa facture d’eau au même prix qu’une entreprise, soulignant que la politique de subventions devrait être redirigée vers les ménages.

Le ministre, qui avait déjà envisagé une augmentation des tarifs de l’eau, a été très clair quant à la politique qu’il conduit dans ce secteur vital. Ainsi, il a affirmé que «les grands établissements et entreprises ne seront plus concernés par les subventions de l’Etat», révélant dans la foulée qu’un décret ministériel est en cours d’élaboration. Pour le ministre, il n’est pas «normal que des citoyens qui consomment moins payent comme ceux qui consomment beaucoup».
A Tindouf, M. Ouali a inspecté les réalisations de son département en matière d’alimentation en eau potable (AEP), une région confrontée aux affres du manque d’eau. Sur place, il a procédé à l’inauguration d’une station de déminéralisation d’eau, réalisée par le groupement CTH, joint-venture algéro-espagnole, pour un montant de près de 2 milliards de dinars. Elle permettra de diminuer la salinité de l’eau de 4 g à 0,6 g. Le ministre des Ressources en eau a insisté «sur l’importance de servir les habitants de Tindouf avec une eau disponible 24h/24», car, selon lui, seuls 20% de la population est raccordée de manière permanente. Le raccordement de la ville de Tindouf à l’eau potable depuis les puits de Garder Djbilet permettra un apport additionnel de 22 000 litres/jour d’ici la fin de l’année.
Par ailleurs, au cours de sa visite, M. Ouali a inspecté le projet de réalisation d’un forage au champ captant de Hassi Abdellah de même qu’il a procédé à la pose de la première pierre pour la rénovation de la conduite reliant Hassi Abdellah à Tindouf.