Comme déjà signalé dans ces colonnes, la campagne pour le référendum du 1er novembre sur la révision constitutionnelle débutera le mercredi 7 octobre 2020 pour prendre fin le mercredi 28 octobre à minuit, soit durant vingt-cinq jours. L’annonce officielle en a été faite lundi dernier dans la soirée par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
Selon les critères définis par cette autorité, maître d’œuvre de son organisation, la campagne sera animée par des ministres du gouvernement Djerad, les partis et les associations ainsi que les personnalités politiques engagées en faveur de la consultation référendaire prévue. «Le staff gouvernemental doit transmettre le programme de la campagne électorale au président de l’ANIE», indique l’autorité électorale. Elle précise que les partis politiques concernés par la campagne doivent disposer «d’un groupe parlementaire au niveau des deux chambres du Parlement ou de 10 sièges entre les deux chambres du Parlement ou des sièges au sein des Assemblées populaire locales dans au moins 25 wilayas». Pour les associations nationales, elles doivent jouir «d’une représentation effective au moins au niveau de 25 wilayas».
Pour animer la campagne électorale, les partis politiques et les associations nationales doivent présenter à l’ANIE «une demande étayée de documents justificatifs et d’un résumé sur les axes d’intervention, et ce, dans un délai de 5 jours au moins avant le lancement de la campagne électorale». Selon son communiqué, lundi, «l’ANIE procédera en coordination avec l’Arav à la définition du temps de parole réservé aux intervenants dans les médias audiovisuels publics».
«L’opération de sensibilisation et la campagne électorale, qu’il s’agisse de médias audiovisuels ou par affichage, les moyens écrits ou électroniques sont soumis à une habilitation préalable de l’ANIE étant chargée exclusivement de la préparation, l’organisation, la gestion et la supervision des élections et des référendums», est-il souligné dans le communiqué. n