L’Initiative des «forces nationales de réforme» connaît ses premiers couacs. Mercredi dernier à l’occasion d’une rencontre à huis clos autour du projet de révision constitutionnelle, organisée au siège du parti El Binna à Draria, à Alger, les participants n’ont pas réussi à converger autour d’une position commune de la copie du Professeur Laraba. S’ils s’étaient mis initialement d’accord à propos des propositions à formuler autour du projet de révision, ils ne se sont cependant pas entendus pour soutenir à l’unisson le projet dans sa version finale. Ayant pris tour à tour la parole, les patrons de formation à l’instar du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), d’El Fadjr El Djadid, du mouvement El Binaa et El Moustaqbel se sont tout de suite aperçus du fossé les séparant lors des débats qui se sont avérés plus houleux que d’ordinaire et ayant traîné en longueur.
En effet, pendant pratiquement cinq heures de débats et d’échanges, il était impossible de rallier les positions des uns aux autres. Des représentants d’associations qui ont tenté de rapprocher les points de vue et de limiter les divergences l’ont vérifié à leurs dépens face à l’intransigeance des représentants de parti qui ne voulaient rien lâcher de leurs positions propres. A telle enseigne que la rencontre de l’initiative demeure «ouverte», une manière pour exprimer une situation de crise patente chez les animateurs de cette entité. C’est du moins ce que rapportent des membres de cette initiative ayant pris part à la rencontre de mercredi. Mais pas seulement, puisque même le communiqué final n’évoque nullement une quelconque position commune des acteurs de l’initiative par rapport à la loi fondamentale. Le communiqué s’est plutôt focalisé sur l’impératif pour les citoyens de participer «massivement» au vote de la révision constitutionnelle prévue le 1er novembre. «Lors de la réunion des présidents des entités et compétences de l’Initiative des forces nationales de réforme consacrée à l’évaluation et l’examen du projet de révision constitutionnelle, après avoir écouté le rapport du comité d’experts, ledit rapport a été débattu en toute liberté, démocratie et responsabilité. Tous les participants ont exprimé leurs opinions sous différents angles, basées sur des comparaisons entre le projet de révision constitutionnelle 2020 soumis à référendum et celle de 2016. L’Initiative des forces nationales de la réforme appelle à une large participation au débat et vote en vue d’une véritable expression de la volonté du peuple», lit-on dans le communiqué final. Dans le même temps, les participants ont salué l’introduction de nombreuses propositions de «l’Initiative des forces nationales de la réforme» au texte de la Constitution de 2020. Aussi les animateurs ont émis des réserves sur certains articles contenus dans le projet de révision constitutionnelle précisant leur fidélité permanente aux constantes nationales et les aspirations du peuple et la protection des acquis de la Nation en vue de protéger son identité et renforcer l’unité nationale et le front interne. Le communiqué de l’initiative reste cependant évasif sur les réserves en question ainsi que sur les divergences entre ses acteurs. n