PAR INES DALI
La revalorisation des pensions de retraite, annoncée il y a quelques jours par le gouvernement, continue de susciter la réaction de l’Organisation syndicale des retraités algériens (Osra) qui remet sur le tapis sa désapprobation et réaffirme son mécontentement quant aux hausses prévues. Plusieurs points tendant à améliorer les pensions de retraite, objet de discorde et, par ricochet, le niveau de vie des retraités sont mis en exergue par l’organisation qui a réagi, cette fois par le biais d’un communiqué.
En effet, en guise de première revendication, Osra, qui est toujours dans l’attente de son agrément, réclame «une augmentation conséquente des pensions de retraite en dehors de la revalorisation annuelle de celles-ci», et ce, dit-elle, afin d’«amortir la chute du pouvoir d’achat des retraités».
En évoquant la révision annuelle de la retraite, Osra estime que celle-ci ne répond pas aux aspirations des pensionnés et revendique «une revalorisation annuelle des pensions de retraite qui soit à la hauteur de l’inflation subie et de la perte du pouvoir d’achat», peut-on lire dans le communiqué. L’organisation insiste sur ce point, qui reste d’ailleurs parmi les points focaux de son combat syndical, car ayant vu que deux semaines après avoir déclaré sa «déception» par rapport à la hausse annoncée, il n’y a pas eu de nouvelles pour une éventuelle autre révision ou tout autre mesure allant dans le sens de l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités.
Le premier responsable d’Osra, Bachir Hakem, a déclaré que la déception des retraités vient du fait qu’ils s’attendaient à «une révision conséquente de la revalorisation de leurs pensions», surtout que celle prévue précédemment, soit en mai de l’année dernière, «ne répondait pas à la chute vertigineuse de leur pouvoir d’achat et à l’inflation galopante». Les retraités ont attendu près d’une année pour voir leur pension revalorisée et, au bout du compte, le constat est que le résultat n’est pas à la hauteur de leur attente. Il y a lieu de noter qu’ils se verront verser celle au titre de l’année 2021, ainsi que celle au titre de l’année 2022.
Dans son communiqué, l’organisation syndicale des retraités a abordé, à son tour, le Salaire national minimum garanti (SNMG) qu’ont évoqué récemment d’autres intervenants, économistes et militants syndicaux, concernant le pouvoir d’achat des Algériens. Osra plaide donc pour «une revalorisation du SNMG en l’alignant sur la pension minimale du retraité».
Une revalorisation du SNMG pour laquelle ont plaidé, également, sur les colonnes de Reporters, Farid Bourennani, économiste et expert en ingénierie financière, et Nouredine Bouderba, militant syndical et expert des questions sociales et du monde du travail. Le premier a estimé qu’«il faudrait aller vers une revalorisation du SNMG car c’est ainsi que la hausse va profiter à tous les salariés», tandis que le second a estimé que «c’est une urgence nationale pour maintenir la cohésion sociale».
Parmi les autres solutions pouvant contribuer à améliorer les pensions de retraite, Osra cite «une abolition pure et simple de l’IRG (impôt sur le revenu global) pour les retraités de la CNR qui ne doivent pas être doublement sanctionnés».
L’organisation syndicale des retraités propose la création d’«un observatoire de veille qui aura pour mission d’évaluer les risques de dégradation du pouvoir d’achat et de proposer les solutions adéquates pour éviter la précarité des couches les plus sensibles», selon son communiqué, dans lequel elle réclame «la délivrance immédiate du récépissé d’enregistrement du syndicat Osra».
Osra dit, par ailleurs, apporter son «soutien indéfectible» à la grève de deux jours de la Confédération des syndicats autonomes (CSA), considérant que «les travailleurs actifs et les retraités sont liés par les mêmes conditions de vie, la même situation sur le plan économique et social». Ainsi, ils «sont unis par le même sort et le même devenir et de ce fait liés par le même combat», selon le communiqué signé par le secrétaire général d’Osra A. Badaoui. Affirmant appuyer la plateforme de revendications des syndicats du secteur de la Fonction publique, le bureau national d’Osra appelle ses adhérents à «trouver les formes et les moyens d’exprimer dans les faits leur solidarité avec ces travailleurs et leurs syndicats pour la réussite de ces deux journées de protestation».
«Le bureau national d’Osra, très inquiet de la situation qui prévaut dans le pays, en particulier sur le plan économique et social, constate avec amertume et regret que les classes sociales les plus fragiles et les couches les plus déshérités et les plus défavorisées sont menacées dans leur pouvoir d’achat, dans leur vie de tous les jours, dans leur existence et même dans leur dignité d’êtres humains», lit-on dans le même communiqué.
Concernant les revalorisations des pensions de retraite, rappelle-t-on, il s’agit d’une augmentation de 10% pour les pensions inférieures ou équivalant à 15 000 DA, de 5% pour les pensions comprises entre 15 000 DA et 20 000 DA, de 3% pour celles comprises entre 20 000 DA et 43 000 DA et, enfin, une hausse de 2% est prévue pour les pensions de plus de 43 000 DA. n