Après avoir suspendu son mouvement de protestation durant les vacances scolaires, l’Intersyndicale s’est réunie samedi dernier au siège du Cnapest pour décider de la suite de ses actions initiées dans le but de dénoncer la réforme de la retraite et le recul du pouvoir d’achat.

A l’issue de cette rencontre, où seuls onze syndicats autonomes ont répondu présents, l’Intersyndicale a décidé de calmer le jeu et d’aller vers d’autres moyens pour faire valoir ses revendications. Dans un communiqué rendu public hier, elle a pointé du doigt le gouvernement le rendant responsable du climat de tension qui règne dans le pays et le déclenchement des émeutes dans de nombreuses régions. L’Intersyndicale a aussi dénoncé certains dépassements subis par les syndicalistes comme les licenciements et condamnations en justice et la non-délivrance d’agrément au Syndicat des travailleurs de l’administration publique (Safap). Par ailleurs, le mouvement syndical a annoncé via ce document la création d’une commission qui sera chargée de mettre en place le cadre juridique de la future confédération nationale des syndicats autonomes. Aussi, l’ensemble des syndicats autonomes présents à cette réunion se sont entendus pour reprendre le mouvement de protestation sous formes de sit-in régionaux prévus le 28 janvier à Batna, Blida, Sidi Bel Abbès et Ouargla. Pour sa part, le Snapap, qui n’a pas répondu favorablement à cette action, a indiqué ne pas cautionner la décision. « Nous ne cautionnons pas cette décision car la date prévue est assez éloignée et il ne s’agit pas de faire des sit-in juste pour les faire», nous a déclaré Nabil Ferguenis, chargé de la communication du Snapap. Il ajoute : « Notre syndicat avait prévu une marche pour aujourd’hui mais au vu de la situation sécuritaire, nous avons décidé de temporiser pour éviter que les choses ne dégénèrent, surtout à Béjaïa. » Le Snapap tiendra une autre réunion, samedi prochain, pour décider de la suite de ses actions. S’agissant de ses principales revendications, à savoir l’annulation de la réforme de la retraite, l’Intersyndicale lancera prochainement une pétition pour récolter un million de signatures. Elle a lancé également un appel au président de la République pour le gel de cette loi. Une réunion extraordinaire est prévue le 4 février prochain pour décider de la suite des actions de l’Intersyndicale, rapporte le communiqué.