Les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont exhorté, jeudi, à Alger, les belligérants libyens à s’inscrire dans le processus de dialogue politique, sous les auspices des Nations-Unies, avec le concours de l’Union Africaine (UA) et des pays voisins de la Libye, en vue de parvenir à un règlement global de la crise loin de toute ingérence étrangère. Lors d’une réunion consultative des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye, tenue à l’initiative du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, les chefs de la diplomatie « ont exprimé leur profonde préoccupation vis-à-vis de la gravité de la situation que traverse la Libye et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité des pays voisins, en soulignant leur totale solidarité avec le peuple libyen« , indique un communiqué de presse à l’issue de la réunion. A cette occasion, ils ont appelé à la préservation de la sécurité en Libye, son indépendance et son intégrité territoriale, ainsi qu’au rejet des interventions étrangères qui ne font que perdurer la crise et la rendre plus complexe. A ce titre, les ministres ont insisté « sur la nécessité pour toutes les parties libyennes à rester engagées dans le maintien du cessez-le-feu, exprimant leur espoir que les frères libyens s’engagent dans un règlement pacifique de la crise libyenne, loin de toute solution militaire et d’intervention étrangère, y compris les milices et les mercenaires, pour favoriser l’organisation des élections transparentes qui répondent aux aspirations du peuple libyen et préserve l’indépendance de la Libye, son unité et sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire« . Ils ont, en outre, insisté sur leur « rejet catégorique du terrorisme, de la violence, quelque soit sa forme ou sa source« , appelant « les frères libyens à revenir au processus politique, sous l’égide des Nations Unies, dans le cadre de l’Accord politique libyen et des résolutions du Conseil de sécurité y afférentes« , réaffirmant leur « soutien aux efforts et aux initiatives visant à trouver une solution à la crise libyenne ainsi qu’aux résultats de la Conférence de Berlin qui a consacré le rôle pivot de l’Envoyé personnel du Secrétaire Général des Nations Unies, Ghassan Salamé, dans le processus politique et la réconciliation nationale en Libye, en y associant les pays voisins de la Libye et l’UA« .

Plus de détails dans nos prochaines éditions