Par Nadir Kadi
A la veille de la tenue de la 10e Commission mixte algéro-russe de la coopération économique, commerciale, scientifique et technique, prévue dès mercredi à Alger, la dernière réunion préparatoire des experts des deux pays a permis hier de lever un coin du voile sur le contenu des prochaines discussions de haut niveau entre les représentants des deux parties.
En effet l’APS, qui rapportait l’information, a notamment fait savoir que le volume des échanges «économiques et commerciaux», mais aussi la question de «l’approfondissement» du partenariat stratégique seraient à l’ordre du jour. Ces «discussions préparatoires», qui se poursuivent encore ce mardi, sont par ailleurs scindées en plusieurs ateliers dédiés aux domaines de l’énergie, des transports, de l’enseignement supérieur ou encore du commerce.
En ce sens, intervenant en marge de l’ouverture de travaux de la réunion préparatoire, le Directeur général Europe au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Mohamed El Amine Bencheikh, a notamment plaidé pour «le développement et l’approfondissement des relations bilatérales» entre la Russie et l’Algérie. Le même responsable se félicitant notamment que la situation actuelle des relations entre les deux pays permettait d’envisager un nouvel approfondissement du partenariat stratégique, mais aussi de travailler à l’intensification des échanges : «Les relations entre nos deux pays connaissent un saut qualitatif sur fond des préparatifs pour l’annonce du partenariat stratégique approfondi».
Le «représentant» russe aux discussions préparatoires, Ivan Nalich, a, quant à lui, insisté sur le montant et le volume des échanges actuels entre les deux pays, estimant en ce sens que «par l’échange commercial entre les deux pays, l’Algérie constitue le deuxième partenaire de la Russie en Afrique avec un volume qui a atteint près de 3 milliards de dollars en 2021», tout en appelant plus loin au «renforcement» des relations bilatérales notamment «dans les domaines du commerce et de l’énergie».
Une volonté visiblement partagée par l’ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie, Valerian Shuvaev, insistant hier, selon l’APS, sur les «volets économiques et commerciaux» qui devraient être retenus lors de la réunion.
Commission mixte algéro-russe pour la coopération économique, commerciale, scientifique et technique, dont la précédente édition avait été organisée fin février 2019 à Moscou, en aboutissant à «plusieurs recommandations multisectorielles portant sur le développement et le renforcement de la coopération bilatérale» rappelle l’APS. Il apparaît aujourd’hui que l’un des principaux axes de progression des relations bilatérales reste le «rééquilibrage» du commerce entre les deux pays, l’écrasante majorité des échanges, près de 95%, selon le précédent ambassadeur russe Igor Beliaev, étant en effet dans le sens Russie vers l’Algérie. Des échanges notamment constitués en 2020 par près de 300 000 tonnes de blé russe importées en Algérie pour la somme de 100 millions de dollars.
Par ailleurs, les précédentes interventions du diplomate Igor Beliaev, notamment à l’agence RIA Novosti, avaient également laissé entrevoir l’existence «d’un certain nombre de problèmes juridiques» limitant la participation des entreprises russes aux appels d’offres en Algérie, en plus d’une fiscalité qui empêcheraient les entreprises russes de «travailler efficacement». <