On ne compte plus les villes touchées par les pluies torrentielles et les bourrasques qui continuent à provoquer des dégâts.

Que ce soit à Alger, Oran, Béjaïa, Constantine, les intempéries ont révélé, encore une fois, le mauvais état des routes et des réseaux d’assainissement. Plusieurs routes ont été coupées à la circulation, et des maisons ont été complètement submergées par les eaux.
Les services communaux, déjà alertés par un Bulletin météorologique spécial (BMS), n’ont pas pris l’initiative, comme toujours, de prendre des mesures préventives de curage des avaloirs afin d’éviter qu’ils ne se bouchent. Selon les images sur les réseaux sociaux, des ponts et des routes ont été également endommagés par les crues. Certaines intersections et routes offraient le spectacle d’une piscine olympique.
Au niveau de la capitale, la circulation automobile était quasiment impossible par endroits. Des tonnes de boue se sont formées déformant la chaussée et provoquant des embouteillages monstres. C’est le cas également, dans la wilaya de Bejaia, où la RN 12 a été submergée par des eaux en furie au niveau du sens unique d’El Kseur et du lieu-dit PK 165 à Oued Ghir, et ce après le débordement d’Oued Soummam. Il en est de même sur la RN 26 où la circulation automobile a été rendue impossible après que la chaussée eut été inondée par des trombes d’eaux de toutes parts. Le trafic routier a été des plus difficiles durant la journée d’hier, notamment au niveau du PK 66, à Akbou.F. D.