PAR NAZIM BRAHIMI
En attendant la proclamation par la Cour constitutionnelle des résultats définitifs du renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation, les résultats préliminaires recueillis auprès des partis et des délégations de wilaya de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) ont été conformes à ceux réalisés lors du scrutin local du 27 novembre 2021.
Le tableau des résultats maintient, en effet, le FLN à la première place avec 25 sièges sur les 58, suivi du RND (12 sièges), mais aussi des Indépendants dont le score (12 sièges également) confirme la percée de ce nouvel acteur sur la scène politique nationale. A l’opposé, c’est le Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui laisse des plumes puisqu’il n’a pu s’offrir que de 2 sièges, une contre-performance pour le parti islamiste qui misait sur un résultat meilleur.
Le vote du collège électoral marque ainsi, en plus d’avoir achevé le processus de renouvellement des Assemblées, l’entrée de quelques formations politiques à la chambre haute du Parlement. Il s’agit, sous réserve de la validation des résultats préliminaires par la Cour constitutionnelle, du mouvement El Bina, accrédité de 5 sièges, du Parti de la Voix du peuple (1), de Fadjr el Jadid (1) et de TAJ, qui a surpris tout le monde en remportant le siège de la wilaya d’Oran au nez et à la barbe du FLN et du RND, pourtant vainqueurs des locales du 27 novembre dernier.
Mercredi dernier, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a indiqué que le nombre de candidats aux élections du renouvellement partiel du Conseil de la nation s’est élevé à 475 candidats représentant 22 partis politiques et listes indépendantes.
A la faveur des aménagements apportés dans le découpage administratif avec la promotion de certaines wilayas déléguées au statut de wilaya, le Conseil de la nation est composé désormais de 174 sièges renouvelés par moitié tous les trois ans pour des mandats de six ans. Sur ce total, deux-tiers sont pourvus au scrutin indirect uninominal majoritaire à un tour par un collège électoral, composé des membres des Assemblées populaires de wilaya et des Assemblées populaires communales dans 58 circonscriptions électorales basées sur les limites des wilayas, soit 116 sièges à raison de deux par wilaya. Les candidats doivent être âgés d’au moins trente-cinq ans et être eux-mêmes issus de ces Assemblées, qui totalisent environ 15 000 élus. Le tiers restant (58 sièges) est nommé par le Président de la République en raison de leurs compétences scientifiques, culturelles, professionnelles, économiques et sociales.
Lors des élections organisées tous les trois ans, ce sont donc la moitié des 116 membres élus et celle des 58 membres nommés qui sont renouvelés, soit respectivement 58 et 29 sièges, pour un total de 87 membres renouvelés.
Le nombre de deux sièges par wilaya ainsi que le tiers de membres nommés étant tous deux spécifiés par la Constitution, la modification du nombre de wilaya entraîne automatiquement celle du nombre de membres du Conseil de la nation.
Jusqu’en 2021, le total de membres du Conseil était de 144 pour 96 élus et 48 nommés. Le passage de 48 à 58 wilayas, officialisé fin 2020, porte en 2022 le nombre de membres élus de 96 à 116 et celui des membres nommés de 48 à 58. <