De Béjaïa : Yacine B.
Le Front de libération national (FLN) a créé la surprise à Béjaïa, en raflant 8 sièges parlementaires sur les 9 que compte cette circonscription administrative, alors que la liste indépendante dénommée «El Amel oua El Moustakbel» (Espoir et avenir) s’est adjugée le siège restant. Voilà ce qui ressort des résultats préliminaires des élections législatives anticipées du 12 juin, tels que communiqués, hier, par le coordinateur local de l’autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Achour Hachemaoui.
Parmi les huit heureux élus du FLN, on peut citer l’actuelle élue de l’APW de Béjaïa, Samira Makhloufi, âgée de 52 ans, qui était membre de l’APC FLN de la même ville durant le mandat 2012 – 2017. Elle est également connue pour avoir été désignée comme directrice de campagne électorale du candidat Abdelmadjid Tebboune, lors des élections présidentielles du 12 décembre 2019, à Béjaïa. Il y a aussi le jeune militant du FLN, Mokrane Hadji, qui exerce jusque-là, la fonction de vice-président à l’actuelle APC d’El-Kseur. L’ancienne parlementaire du FLN (2002 – 2007), Samia Moualfi, docteur en droit et avocate de profession, a réussi, pour sa part, à s’offrir un deuxième mandat au sein de la chambre basse du parlement.
Quant à l’élu de la liste indépendante «Espoir et avenir», Mohamed Hani, celui-ci est un jeune commerçant, propriétaire d’une boutique de téléphonie mobile, située au quartier Seghir de Béjaïa.
Bien qu’il soit inconnu sur la scène politique locale, ce désormais député indépendant aura réussi à battre des concurrents non moins redoutables parmi les candidats en lice à Béjaïa, tels que l’ancien maire de Tazmalt, Smail Mira (RND), et l’ex-candidat du FLN aux sénatoriales de décembre 2018, Massinissa Ouari, qui s’est présenté sur une liste indépendante. <