Alors que les sujets proposés lors de l’épreuve du Brevet d’enseignement moyen (BEM) ont été jugés abordables par la plupart des professionnels de l’Education nationale, le taux de réussite enregistré cette année, qui est de 55,47 % sur le plan national, est considéré très moyen, mais surtout inférieur aux taux enregistré durant les années précédentes.
«Les sujets du BEM session 2019 ont été abordables mais, contrairement à nos attentes, le taux de réussite est juste moyen, même légèrement inférieur à celui de l’an dernier. Ceci démontre un véritable problème d’apprentissage et prouve que les élèves de 4e Année moyenne n’ont pas le niveau requis pour passer au lycée », a indiqué Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef). Dans ce sens, le syndicaliste n’a pas manqué de remettre en cause le volume horaire accordé à certaines matières considérées comme principales, une fois l’élève arrivé au lycée, comme c’est le cas des matières scientifiques. «Dans les classes de cycle moyen, on accorde peu de temps aux matières de spécialités au lycée, à l’instar des mathématiques de la physique et même des sciences naturelles.
On ne peut continuer de se contenter de dispenser aux élèves deux heures de cours alors que ce sont des matières de spécialités dans le cycle secondaire, ce problème justifie clairement le faible niveau des lycéens », a-t-il estimé. De son côté, Kamel Nouari, activiste dans le secteur de l’Education nationale, a indiqué que la légère baisse du taux de réussite n’a « rien d’alarmant » et que les résultats « demeurent tout de même acceptables ». « Il est vrai que le taux de réussite est assez bas comparé à celui de l’an dernier, mais il est acceptable et reflète bien le niveau des élèves du cycle moyen», a-t-il dit.
Notre interlocuteur a aussi tenu à saluer les élèves de la wilaya de Tizi Ouzou qui campe toujours à la première place au niveau national en matière de succès à l’examen du BEM.
Messaoud Boudiba, porte-parole du Conseil national autonome des personnels du secteur ternaire de l’éducation (Cnapest), a indiqué que le recul enregistré dans le taux de réussite de l’examen du BEM est directement lié à la nature des sujets proposés aux élèves. « Nous avons observé de nombreuses anomalies lors des différentes épreuves du BEM.
Des élèves ont été interrogés sur des leçons qui ont été pourtant supprimées du programme national, tandis que d’autres ont affirmé avoir eu beaucoup de mal à cerner les questions formulées de manière complexe», a-t-il dit, avant de souligner l’urgence d’aller vers une véritable refonte du programme pédagogique destiné aux trois paliers de l’Education nationale. « Nous avons par le passé dénoncé la réforme des programmes qui ne sont guère adaptés à nos élèves, je pense qu’il est plus que temps d’aller vers une véritable réforme faite par des professionnels et des gens du domaine qui ont une réelle connaissance du domaine », a-t-il dit.n