Une commission ministérielle a entamé jeudi une visite de travail dans la wilaya de Ouargla pour s’enquérir des projets de développement relevant du secteur des ressources en eau. Cette commission a pour objectif de suivre sur le terrain l’état d’avancement des projets d’assainissement et d’AEP

en cours d’exécution à travers cette collectivité, de cerner les contraintes rencontrées et de prendre connaissance des préoccupations des cadres du secteur et des élus locaux pour leur trouver des solutions, a affirmé le secrétaire général du ministère des Ressources en eau, Slimane Zenagui. Elle a été aussi l’occasion de s’enquérir du projet de réalisation de neuf stations de déminéralisation de l’eau potable à travers le territoire de Ouargla, de l’état d’avancement du parachèvement (3e tranche) du mégaprojet d’assainissement de la vallée de Ouargla et des contraintes rencontrées, a-t-il ajouté. Regroupant les cadres centraux et locaux du secteur, ainsi que les élus locaux, la rencontre a permis la présentation d’un exposé sur les projets dont a bénéficié la wilaya d’Ouargla dans le secteur des Ressources en eau. Les travaux de réalisation d’une « opération d’urgence », retenue dans le cadre de l’achèvement du système d’assainissement de la vallée de Ouargla (3e tranche), confiée au groupe Cosider, en vertu d’un marché de gré à gré pour un montant global estimé à 5 milliards DA, a enregistré un avancement physique estimé à plus de 80 %, selon les cadres locaux du secteur. Cette opération porte notamment sur la concrétisation et la rénovation de neuf stations de pompage et de refoulement des eaux usées, ainsi qu’un réseau de près de 16 000 mètres linéaires. Couvrant la quasi-totalité des quartiers de la vallée d’Ouargla, cette opération est une tranche « complémentaire » du mégaprojet d’assainissement de la vallée d’Ouargla (1re et 2e tranches) lancé en 2005 et dont les travaux ont été accordés à plusieurs entreprises nationales et étrangères. Le projet contribuera à la mise en place d’un système intégré et efficace, selon les normes en vigueur, comprenant la collecte, l’épuration, le drainage, puis le transfert des eaux usées épurées vers le rejet final, a-t-on fait savoir. S’agissant de l’alimentation en eau potable (AEP), les travaux de réhabilitation du réseau principal d’alimentation en eau portable, d’un linéaire de 22 km, à travers la daïra d’Ouargla sont concrétisés à plus des deux-tiers, selon les données de la direction locale du secteur des ressources en eau. Retenus dans le cadre d’un plan d’urgence visant à améliorer l’alimentation en eau potable déminéralisée, ces travaux, confiés au Groupe Cosider (10 km) avec le concours de diverses entreprises nationales privées (12 km), portent notamment sur l’isolation de l’ancienne canalisation, la rénovation du réseau dégradé, et la concrétisation d’une douzaine de vannes de sectorisation, sur la base d’un diagnostic pris en charge par un bureau d’études spécialisé en collaboration avec les services de l’Algérienne des eaux (ADE). Ces travaux permettront d’éradiquer les « points noirs » enregistrés et d’éviter les difficultés éventuelles qui pourraient entraver la gestion normale de l’eau potable, en prévision de la mise en exploitation prochaine des neuf stations de déminéralisation de l’eau potable réalisées au niveau des quartiers de Gherbouz, Aïn El Kheir, Hay Bouzid, Mekhadma, Ifri-Gara, Zyayna, Hay-Ennasr, Bamendil et El-Hadeb, selon la même source.
(APS