Facebook a lancé hier mercredi une version allégée de son service de partage de photos et vidéos Instagram dans plus de 170 pays, à destination des zones rurales et des collectivités isolées ne disposant pas d’un accès ultra-rapide à internet.
«Instagram Lite», qui pèse seulement 2 mégabytes (contre 30 MB pour la version intégrale) est téléchargeable sur les appareils munis du système d’exploitation mobile Android de Google. L’application n’est pour l’heure pas disponible sur la boutique en ligne d’Apple. «Nos équipes ont conçu des versions légères de nos applications pour des gens avec une connexion lente ou des services de données limités, car notre principe de base est de ne laisser personne à l’écart», a assuré Tzach Hadar, chef de la gestion de produits de l’antenne de Facebook à Tel Aviv (Israël), qui a travaillé à la création d’«Instagram Lite». L’application comprend les principales fonctionnalités d’Instagram permettant d’éditer et de publier des photos, d’ajouter des réactions sous forme de GIFs et de stickers ou encore de partager des vidéos plus ou moins longues.
«Instragram Lite» ne permet toutefois pas d’utiliser certaines fonctions particulièrement voraces en données comme les filtres de réalité augmentée.
De plus, l’application n’affiche pas de publicité à son lancement. Avec ce nouveau service, Facebook élargit sa stratégie de conquête
des marchés émergents, comme l’Inde ou le Brésil, où sa marge
de progression est plus importante qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Le géant des réseaux sociaux
montre aussi qu’il cherche à
renforcer l’étendue de sa famille d’applications (Instagram, WhatsApp, Messenger) en dépit des nombreuses enquêtes pour pratiques anticoncurrentielles dont il fait l’objet aux Etats-Unis et dans le monde.