Les passages à niveau jugés dangereux vont être rénovés ou supprimés progressivement, afin d’améliorer la sécurité sur le réseau ferroviaire national. C’est ce qu’a indiqué, hier, le ministre des Travaux publics et des Transports lors d’un séminaire sur la sécurité ferroviaire organisé par son département et l’Agence européenne pour les chemins de fer (ERA). Farouk Chiali a précisé que certains passages à niveau, où les accidents sont fréquents, seront fermés à la circulation ou modernisés de façon qu’ils ne présentent plus de risques pour les usagers, un travail qui se fera avec les autorités locales concernées. «Il est devenu plus qu’indispensable d’asseoir des règles rigoureuses en matière de sécurité et d’intervenir sur les passages à niveau afin d’endiguer les accidents et les incidents récurrents qui sont enregistrés sur notre réseau», a souligné le ministre. Ces mesures englobent également la généralisation de l’opération de modernisation du système de télécommunication et de signalisation, ainsi que l’adaptation et la convergence avec les normes et réglementation liées à la sécurité ferroviaire. M. Chiali a appelé à la poursuite de la coopération avec l’Agence européenne pour les chemins de fer, en ciblant les actions qui répondent aux préoccupations de l’administration centrale et des deux établissements sous tutelle, à savoir, la SNTF et l’Anesrif.
Le séminaire sur la sécurité ferroviaire s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’Algérie et l’Union européenne au titre de sa politique de voisinage avec les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Il est à rappeler, selon le ministre, que le réseau ferroviaire algérien avoisine actuellement les 4 200 km et devrait atteindre un linéaire de 12 500 km à l’horizon 2030.