D’ici la fin 2022, toutes les familles ayant bénéficié de logements dans la périphérie d’El Tarf, non loin du chef-lieu de daïra El Tarf, seront totalement alimentées en gaz naturel. Contrairement aux différentes statistiques actuelles, ce ne sont que quelques cités dortoirs des chefs-lieux communaux et quelques villages qui bénéficient du gaz naturel. Selon nos sources, les fiches techniques sont déjà établies et déposées au niveau de la direction de l’énergie et des mines de la wilaya et des appels d’offres d’entreprises réalisatrices sont lancés. Les cités Bensebti, Ayous, Sabaâ Egoud au nord-est goûteront enfin aux bienfaits de la modernité et fêteront certainement la fin d’une servitude, car aller tous les jours, faire la corvée de la bonbonne de gaz butane ou récupérer du bois pour se chauffer, au sens normal du terme, est bien difficile.
D’autant plus que les habitants de ces cités connaissent des hivers rigoureux. Il reste que pour la daïra de Tarf, beaucoup de foyers restent à pourvoir comme ceux de la localité de Metrouha située à six kilomètres du chef-lieu communal sur la RN 82 en allant vers la daïra de Bouhadjar.
Les habitants de cette daïra ont à plusieurs reprises dénoncé que des cités en milieu urbain ne sont pas dotées du gaz naturel alors que le réseau se trouve à quelques mètres. D’autres foyers faisant partie administrativement de cette daïra, Aïn Khiar ou les Guergour 1 et 2, Sidi Belgacem, Ayous à l’est d’El Tarf, des cités populeuses, bénéficieront prochainement de cette énergie. Récemment, le wali a tenu à rassurer les populations de cette wilaya de l’arrière-pays que le gaz naturel sera dans tous les foyers à l’horizon de 2022.
Le projet de raccordement des habitants au réseau du gaz naturel a commencé dans cette wilaya au début 2004 à Drean, ouest de la wilaya, il a touché 22 communes sur les 24 de la wilaya. Cependant, il est utile de signaler que ces communes sont alimentées partiellement, démentant ainsi les chiffres pompeux annoncés par l’ex-wali et récemment par un sénateur qui vit encore la période du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Et pour preuve plusieurs villages ne dispose de réseau de raccordement de gaz ni d’eau potable.
En effet, depuis sa déclaration au Sénat, les langues se sont déliées à El Tarf allant jusqu’à impliquer cet élu dans plusieurs affaires douteuses et dénoncé son influence. Ce sénateur était aussi médiateur durant pendant le règne du président de la République, le défunt Chadli Bendjedid.
M. B.