250 passagers en provenance de Paris ont, pour la première fois depuis le confinement, gagné Alger hier (presque) normalement à bord de la compagnie nationale Air Algérie.

Par Bouzid Chalabi
C’est vers 9H battantes de ce mardi 1er juin que l’Airbus 300-200 de la compagnie Air Algérie a pris son vol sur le tarmac du terminal ouest de l’aéroport Houari-Boumediène à destination de l’aéroport français Charles-de-Gaules avec à son bord 150 passagers, soit 60% du nombre de ses sièges. Un vol qui inaugure ainsi la reprise des vols internationaux du pavillon national après plus de 14 mois de suspension en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19. Mais c’est surtout le retour à Alger de l’Airbus, prévu à 16H, avec 250 passagers qui allait marquer l’événement par des mesures exceptionnelles. C’est d’ailleurs ce qu’a pu recueillir Reporters auprès de responsables approchés lors de son passage sur les lieux en fin de matinée.
Selon le représentant du Comité scientifique dépêché sur place, accompagné de celui du ministère de la Santé, «toute la logistique nécessaire pour acheminer l’ensemble des 250 passagers sous bonne escorte vers l’hôtel Mazafran, un établissement du secteur public sur la côte ouest de la capitale, est fin prête» non sans préciser qu’«aucun détail n’a été sous-estimé». S’agissant des formalités auprès de la police des frontières, notre locuteur confie que des consignes strictes ont été émises notamment «accélérer la procédure afin que les passagers puissent rejoindre leur hôtel où ils seront confinés dans de brefs délais». En résumé, «toutes les mesures qui prennent en compte les aspects purement techniques et médico-sanitaires, mais aussi les aspects logistiques, sécuritaires, de transport et autres seront mises en œuvre par toutes les parties chargées de leur mise à exécution sur le terrain. Ce sont en l’occurrence Air Algérie, les ministères de la Santé et de l’Intérieur et en dernier ressort les hôtels consacrés au confinement des passagers de la compagnie aérienne nationale», explique-t-il.
Ce faisant, on peut avancer qu’à travers cette reprise des vols internationaux par le pavillon national, le nouvel aéroport va sortir du semblant de léthargie dans lequel il s’est retrouvé depuis la fermeture des frontières aériennes il y a plus de 14 mois. Toujours dans ce même registre, tout porte à croire que la pleine activité au sein de l’aéroport international ne saurait tarder dans la mesure où Air Algérie a annoncé, hier, dans un communiqué qu’elle prévoit d’autres programmes de vols vers Rome et Frankfurt.
Vers reprise des vols vers Rome et Frankfurt

«Des destinations qui sont en cours de préparation», est-il en effet mentionné dans le communiqué.
Pour l’heure, le cheval de bataille de la compagnie est de répondre à une très forte demande de billets venant de nos ressortissants vivant en France. Une demande qui va sûrement se multiplier après l’annonce par la compagnie aérienne nationale Air Algérie, ce mardi 1er juin, dans un communiqué publié sur sa page Facebook, que le montant du «pack» confinement a été réduit à 33 000 dinars (environ 200€). En d’autres termes, le prix du pack a été réduit à 33 000 dinars TTC par passager, un tarif largement revu à la baisse.

Le pack confinement à 33 000 DA
En effet, le pack était estimé au début à 41 000 DA. La Compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a précisé que les étudiants et les personnes âgées à faible revenu sont dispensés de ces frais. «En application des nouvelles directives des autorités algériennes, le montant du pack confinement est réduit à 33.000 da par passager», a indiqué Air Algérie. La Compagnie a également expliqué que «les demandes de dispense de paiement des frais de confinement en faveur des étudiants et des personnes âgées à faible revenu doivent être accompagnés des pièces justificatives et adressées aux représentations diplomatiques et consulaires à l’étranger», précisant «qu’elle (Air Algérie) contactera toutes les personnes dont la dispense a été accordée par les services compétents». A rappeler que les frais de confinement étaient initialement fixés à 41.000 DA (TTC) avant que le président de la République ordonne de baisser les frais d’hébergement relatif à l’isolement de 20% pour les Algériens de retour au pays, et de dispenser les étudiants et les personnes âgées à faible revenu de ces frais.
Ainsi, cette révision va se traduire par un engouement certain à réserver des billets chez des centaines de nos ressortissants aux faibles revenus. Comme cela va susciter une envie de retrouver leurs proches après des mois d’éloignement sans trop de dépense.
Autant dire que le pavillon national va dès à présent être mis à rude épreuve tant la demande ne cessera de s’accroître. Cela est d’autant plus prévisible que les frontières maritimes resteront fermées. Et tant que la voie aérienne sera la seule alternative à nos ressortissants comme moyen de transport pour rentrer au pays, la demande va exploser.
A titre indicatif, à la date du 31 mai 2021, la compagnie a déjà accusé la réservation ferme de 6 500 billets pour des vols au départ de Paris et Marseille et 1 000 autres au départ de Barcelone et Istanbul. Du pain sur la planche pour les responsables d’Air Algérie. Reste à savoir si le pavillon va mettre les bouchées doubles pour répondre à la demande de milliers de personnes toutes animées d’une grande ferveur à fouler le sol de leur pays et de congratuler leurs proches après des mois de séparation.
Rappelons enfin que la reprise des vols d’Air Algérie s’effectue depuis hier avec un vol Constantine-Tunis-Constantine tous les vendredis, Alger-Istanbul-Alger (tous les dimanches), Alger-Paris (ORLY)-Alger (tous les mardis et jeudis), Alger-Marseille-Oran (tous les samedis) et Alger-Barcelone-Alger (tous les mercredis).