Le projet de décret portant «report» du décret 19-379, qui définit les modalités de contrôle et de vente des psychotropes, est toujours au niveau du gouvernement. Les pharmaciens ne peuvent, ainsi, dispenser les psychotropes aux malades chroniques mis sous ce traitement, vu que le décret 19-379 définissant les modalités de contrôle administratif, technique et de sécurité des substances et médicaments ayant des propriétés psychotropes, est toujours en «vigueur», informe le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (Snapo). Le syndicat avait expliqué que la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 rend l’application du décret 19-379 «impossible et irréalisable», car les dispositions pratiques d’application dudit décret n’ont pas pu être mises en place. Une situation qui a conduit le Snapo à saisir le Premier ministre Abdelaziz Djerad, lui recommandant de reporter l’application du décret 19-379. Effectivement, lors du Conseil des ministres du 16 avril, le gouvernement a annoncé l’élaboration d’un projet de décret exécutif modifiant le décret 19-379. L’amendement du dit décret vise à prolonger d’une durée de six (6) mois le délai prévu pour les structures et les établissements publics et privés de santé, afin de se conformer aux dispositions de ce décret exécutif. La prorogation du délai fixé leur permettra de disposer du temps nécessaire pour adapter les outils et les supports de gestion dédiés aux substances et aux médicaments ayant des propriétés psychotropes».
Et le report de son application signifie que les dispositions de ce décret ne sont pas applicables, donc les pharmaciens peuvent dispenser les psychotropes selon les procédures habituelles sans être soumis aux ordonnances à souches. Mais, quelques jours après l’annonce, ledit projet de décret est toujours au niveau du gouvernement. «II ne peut être publié au Journal Officiel qu’après avoir été exposé et approuvé lors d’une réunion du gouvernement», écrit le Snapo.
Le Syndicat a à ce propos envoyé un courrier au Premier ministre lui demandant l’accélération de l’adoption officielle du report et sa publication au Journal Officiel. Il appelle en parallèle, les pharmaciens «de se conformer strictement aux dispositions réglementaires liées au décret 19-379 considéré de vigueur car il n’a pas été reporté».
Il y a lieu de rappeler que depuis que les dispositions du décret exécutif 19-379 sont entrées en vigueur, le 5 avril dernier, les pharmaciens ne dispensent plus ces médicaments aux malades chroniques mis sous psychotropes et conseillent aux médecins de ne pas prescrire ces médicaments aux patients chroniques, de crainte d’être pénalisés. Les patients se retrouvent, de leur côté, «sans médicaments par défaut de report officiel du décret 19-379», déplore le Snapo.