Au lendemain de la décision de réouverture du commerce, presque tous les magasins de différentes activités, fermés dans le cadre des mesures de prévention contre le coronavirus, ont été ouverts sur instruction du Premier ministre Abdelaziz Djerad.
Une satisfaction mêlée d’étonnement que l’on observe chez les citoyens ou à travers les commentaires sur les réseaux sociaux.
A Ouargla, malgré l’épidémie, la vie semble reprendre son cours normal en ce troisième jour de carême. Le mouvement dans la rue a repris et le rush sur les magasins notamment de vêtements, de vaisselles et d’épiceries, a été observé au niveau des espaces de vente des grands quartiers comme Sidi Belabes, Souk Lahdjar et Chorfa. Les marchés de légumes de la Casbah (K’sar d’Ouargla) et de Aïn Beïda, étaient également pris d’assaut.
Certains commerçants ont exigé le respect de la distance de prévention et la présence de pas plus de deux clients à l’intérieur du local. D’autres ont mis quasiment une table à l’entrée pour bloquer tout accès. Les clients s’installent devant le magasin en respectant les distances entre chacun et se présentent à tour de rôle. Mais la majorité, malheureusement, n’a pris aucune mesure de protection, que ce soit du côté des commerçants ou des clients.
L’ouverture des magasins ravive les craintes d’une propagation de l’épidémie. Le personnel soignant et paramédical au niveau de l’EPH d’Ouargla craint l’augmentation des cas de contamination au Covid-19 face à l’absence de moyens pour y faire face. Déjà avant cette décision ministérielle, les gens sortaient et les magasins d’alimentation et superettes étaient saturés quotidiennement. Le risque maintenant est plus grand avec la fréquentation des magasins et le non-respect par la majorité des citoyens des consignes sanitaires.
Lever les restrictions trop rapidement pourrait entraîner une résurgence de l’épidémie en l’absence d’immunité de la population, a prévenu le Dr. Salim Abadou, Chef de l’instance nationale de la promotion de la santé et le développement de la recherche, bureau Ouargla. Ce médecin praticien pense que le moment n’est pas convenable pour rouvrir les magasins. Des mesures assouplies dans une telle conjoncture, où le nombre de cas dans la wilaya d’Ouargla surtout repart à la hausse, peut être catastrophique, a-t-il alerté.
Neuf décès sont enregistrés jusqu’à maintenant, rappelle-t-il. Hier, deux cas confirmés et plusieurs cas suspects ont été enregistrés au niveau du quartier populaire de Beni Thour. D’autres cas, dont un positif, sont consignés également dans la localité de Bou-Ameur. On a donc de nouveaux foyers et le risque de transmission est très sérieux, a-t-il ajouté. Pour un autre médecin, spécialiste en infectiologie, si le confinement et la distanciation sociale permettent d’éviter la propagation du virus, ils ne feront pas disparaître le Covid-19. C’est pourquoi on craint un rebond de l’épidémie. L’ouverture des activités commerciales entraîne un contact plus important des gens d’où le risque d’une nouvelle flambée, a-t-il estimé. n