Le Comité international olympique (CIO) a invité les comités nationaux olympiques (CNO) à faire un choix entre «s’en tenir au mandat de quatre ans ou tenir leurs élections après les Jeux olympiques en 2021», a indiqué l’instance internationale sur son site officiel.
La décision du CIO a été prise dans le sillage du report des Jeux olympiques de Tokyo-2020 en raison de la propagation du virus COVID-19. Le CIO a décidé de «faire preuve de souplesse» vis à vis des comités nationaux olympiques et «les laisser décider, en application de leurs statuts respectifs, s’ils préfèrent s’en tenir au mandat de quatre ans ou suivre le cycle des Jeux olympiques en tenant leurs élections après les Jeux en 2021 sous certaines conditions».

Répercussions sur le cycle
Le report des JO de Tokyo 2020 pourrait en effet avoir des répercussions sur le cycle des élections au sein des CNO – la plupart tenant leurs élections régulières l’année qui suit les Jeux de l’Olympiade. De ce fait, le CIO a décidé d’aider les CNO à «relever cet enjeu compte tenu du fait que la priorité est de leur permettre de préparer au mieux leurs équipes pour les Jeux olympiques»,
Dans ce cas, le CIO consentira, à titre exceptionnel, à prolonger le mandat initial de quatre ans. Le CIO a adressé une lettre circulaire à tous les CNO le 23 avril 2020 afin de les en informer officiellement. Il passe actuellement en revue la situation avec les CNO concernés afin de trouver la solution la mieux adaptée pour chacun. S’agissant des élections au sein des fédérations nationales, le CIO indique que ces dernières «ne relèvent pas directement du CIO. Les fédérations nationales vont elles aussi coordonner leur approche avec les Fédérations Internationales dont elles dépendent et leurs CNO respectifs dans le but d’adopter, le plus rapidement possible, une position cohérente et homogène au niveau national, après consultation des autorités compétentes le cas échéant». n