Par Nadir Kadi
Moins d’une dizaine de jours après l’annonce des «orientations générales» de la Présidence aux membres du gouvernement, invitant notamment le secteur des transports à étoffer l’offre en matière de transport aérien, maritime et ferroviaire, la compagnie nationale Air Algérie a lancé un appel d’offres relativement important visant l’acquisition «rapide» de 15 nouveau avions.
En effet, le président de la République avait demandé, lors du Conseil des ministres du 11 septembre dernier, à œuvrer à «l’acquisition, dans les meilleurs délais, d’avions et de navires en renfort des lignes aériennes et maritimes d’Algérie vers les destinations internationales», selon le compte-rendu donné par l’APS.
Appel d’offres, qui vise en ce sens à renforcer les capacités d’Air Algérie qui exploite, à l’heure actuelle, une flotte de 56 appareils. La compagnie chercherait à acquérir 15 nouveaux appareils «moyen et long-courriers» selon le site spécialisé «journal-aviation». Ce dernier précise qu’il s’agit de «quatre lots» comprenant au total 8 monocouloirs d’une capacité standard de 200 sièges, mais aussi 5 appareils gros porteurs d’une capacité de 300 sièges et 2 gros porteurs de 400 sièges.
Quant aux constructeurs auxquels s’adresse la demande d’Air Algérie, l’appel d’offres reste naturellement ouvert, bien que les regards se tournent vers les deux leaders du marché, Boeing et Airbus, qui fournissent déjà l’essentiel de la flotte d’Air-Algérie. Par ailleurs, il apparaît que cette commande revêt un caractère d’urgence pour la compagnie, qui demande aux constructeurs souhaitant répondre à la consultation d’envoyer leurs propositions dans un délai d’un mois, avant le 26 octobre 2022. Les constructeurs devant par ailleurs remplir les critères légaux et disposer de certification internationale, l’appel d’offre «s’adresse exclusivement aux constructeurs d’aéronefs exploités dans le transport commercial civil, disposant de certificats et d’agréments régissant l’activité (…) Les candidats éligibles peuvent soumissionner pour un ou plusieurs lots».
Transport aérien en Algérie et dans le monde qui a enregistré, ces derniers mois, un difficile retour à la normale après les restrictions imposées par les gouvernements dans le cadre de la «lutte contre la Covid». Cette situation avait notamment contraint Air-Algérie à repousser, en 2020, le programme de modernisation de sa flotte, constituée à l’heure actuelle d’une majorité de Boeing-737 de différents types et d’une capacité maximum d’environ 200 passagers.
En ce sens, le détail du dernier appel d’offres international laisse apparaître la volonté d’un véritable saut capacitaire pour la compagnie, un renforcement de l’offre de transport plus en adéquation avec la forte demande enregistrée, notamment durant la saison estivale.
Et dans cette même logique, et vraisemblablement en application de l’orientation de la Présidence en vue de «la mise en exploitation, dans les plus brefs délais, des avions privés confisqués sur décision de Justice, dans le cadre des affaires de corruption, sous la tutelle des entreprises nationales spécialisées, dans le cadre de l’intérêt général», on apprenait, ce week-end à travers divers sites et supports d’information, que la compagnie nationale envisagerait le recrutement de près d’une cinquantaine de techniciens spécialisés pour la mise en oeuvre et la maintenance de ces appareils. <