Par Sihem Bounabi
A l’occasion de la rencontre du ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, avec les membres du bureau national du Syndicat national autonome des auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation de la santé publique (SNAAMARSP), présidé par Mohammed Amin Bendali, qui s’est déroulée au siège du ministère, le premier responsable du secteur a affirmé son soutien et la prise en charge des revendications du syndicat.
Au cours de cette rencontre, qui s’est tenue dimanche, le ministre a écouté un certain nombre de demandes formulées par les membres du SNAAMARSP, dont notamment «la création d’un institut national supérieur dédié à cette spécialité, la définition précise des tâches de ce corps de la santé, la protection juridique, ainsi que la finalisation de la révision du statut particulier», indique un communiqué du ministère.
Il est également précisé que le ministre de la Santé s’engage à concrétiser les principales revendications du SNAAMARSP notamment celles concernant la création d’un institut national supérieur des anesthésistes et réanimateurs, tout en leur assurant une protection juridique dans l’exercice de leurs fonctions. Il est à noter que les syndicats ont exprimé leur satisfaction suite à cette rencontre où le ministre a répondu favorablement à leurs revendications, dont notamment, la révision du cursus de formation des anesthésistes-réanimateurs avec un niveau de bac+5 au lieu de bac+3 actuellement et qui se déroule dans les écoles paramédicales. La définition précise des tâches des anesthésistes-réanimateurs, notamment celles assignées à l’auxiliaire médical en l’absence d’un médecin spécialisé en anesthésie et réanimation et ce en les codifiant dans un texte réglementaire dans la loi sur la santé. L’assurance d’une protection juridique pour les actes médicaux en cas de problèmes ou de complications, ainsi que d’inclure les propositions du syndicat dans la révision du statut particulier de ce corps de santé publique. Sur ce dernier point, le ministre a souligné «la nécessité de saisir l’occasion de la révision des statuts régissant la santé pour les enrichir en coordination avec la commission compétente, au mieux des intérêts des personnels du secteur et du patient».
Lors de cette rencontre, Abdelhak Saihi a réitéré la volonté de son département d’instaurer un véritable dialogue avec les syndicats de la santé publique et la valorisation des ressources humaines avec l’objectif d’améliorer les conditions socioprofessionnelles des travailleurs de la santé ainsi que la prise en charge des malades. <