C’est sous le slogan gouvernance décentralisée pour une collectivité territoriale résiliente, innovante et entreprenante que s’est ouverte hier la rencontre Gouvernement-walis au palais des nations de Club des pins avec comme mot d’ordre la nécessité impérieuse d’aller vers une décentralisation de la gouvernance au niveau local, une nécessité imposée par les exigences du moment.

Le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui rappellera «le plan de travail du gouvernement qui a posé le principe de décentralisation comme fondement au travail des autorités publiques dans tous les domaines. «Aller dans ce sens recommande une approche globale et qualitative pour promouvoir le rôle de la collectivité régionale comme une continuité de l’Etat», dira le ministre de l’Intérieur. Ce dernier évaluera «le rôle futur des collectivités locales qui nous conduit à revenir aux nombreuses réformes introduites récemment lesquelles s’inscrivent en réponse aux besoins collectifs». Noureddine Bedoui rappellera la nécessité «d’arriver à une véritable décentralisation qui cadre avec les exigences du moment, celle de la création de la richesse localement et ainsi s’éloigner de l’esprit de rente, pour entamer une période de libération de l’initiative et aussi celle de la responsabilité face aux citoyens». Face aux walis venus l’écouter, le ministre de l’Intérieur rappellera que pour arriver à un développement équilibré et juste «des programmes spéciaux ont été mis en place pour promouvoir le développement local aux niveaux des zones reculées en plus de celles financées par les programmes communaux de développement avec une dotation de 100 milliards de DA dans le projet de la loi de finances 2019 et ce pour la deuxième année consécutives». Un plan de travail spécial a été également mis en place pour les zones frontalières afin d’améliorer les conditions de vie des habitants et la création d’une nouvelle dynamique pour le développement de ces zones. Il s’agit également de poursuive la connexion à l’énergie solaire des régions isolées notamment dans le grand sud et les hauts plateaux, avec de l’électricité propre «en dotant près de 25 000 maisons d’électricité à l’horizon 2020».
Consolider la relation citoyen-administration
«Il y a lieu de consolider la relation entre le citoyen et l’administration se basant sur la confiance», dira M. Bedoui qui notera que cet aspect cadre avec ce qui a été promulgué durant la constitution de 2016 pour «la promotion de l’Etat de droit en Algérie». La modernisation de l’administration publique aura été longuement évoqué tant elle semble cruciale pour le gouvernement.
M. Bedoui appellera à cet effet à moderniser l’administration locale pour être «intelligente souple et moderne à travers la mise place de la commune et la wilaya électroniques dans le cadre la e-gouvernance». La bataille, qui semble infinie, contre la bureaucratie est encore une fois rappelée. «L’on a commencé à numériser tous les documents de l’état civil dans l’objectif de mettre en place les documents biométriques, un défi déjà relevé avec le passeport biométrique et la carte d’identité biométrique dont 12 millions de cartes ont été délivrées, en attendant la carte grise biométrique qui verra le jour prochainement», dira M. Bedoui qui reconnaîtra toutefois les retards enregistrés dans ce domaine. «Nous ne sommes pas encore arrivés à nos objectifs ; à savoir une révolution numérique dans notre administration publique et la diminution progressive de l’intervention humaine dans les échanges administratifs». D’autres thématiques ont été abordées dans l’allocution du ministre de l’intérieur comme celles relatives au projet de loi organique des associations et des partis politiques et le projet de loi relatif «aux manifestations pacifiques». M. Bedoui appellera à de meilleurs rapports entre l’administration et le citoyen. «Je vous recommande de faire participer le citoyen aux activités locales en lui donnant l’occasion de juger vos travaux et leur impact sur sa vie au quotidien étant le premier concerné», dira le ministre de l’Intérieur à l’adresse des walis et responsables locaux.
Après l’allocution de Noureddine Bedoui plusieurs ministres sont intervenus chacun concernant son secteur respectif où il était question de l’état d’avancement des projets liés au développement. Différents ateliers ont eu lieu dans l’après-midi concernant des thématiques diverses comme la décentralisation un choix incontournable de l’action publique. La qualité et la durabilité, défis des services publics de proximité. L’attractivité du territoire, défi entrepreneurial des collectivités locales et pour un écosystème numérique territorial moderne simplifié. Il y a lieu de rappeler que la lecture des recommandations se fera aujourd’hui avec la clôture des travaux de cette rencontre par le Premier ministre.