Annoncé par les médias depuis quelques semaines, le remaniement partiel du gouvernement n’aura pas connu un grand chamboulement. Le Président de la République semble opter pour la confiance dans l’équipe de Abdelaziz Djerrad en effectuant seulement quelques changements dans différents départements. La confiance est ainsi renouvelée aux récipiendaires des ministres de souveraineté notamment.

Le gouvernement remanié passe donc à 41 membres, 3 de plus que le premier gouvernement. Le remaniement ministériel a touché notamment six portefeuilles l’Energie, les Finances, l’Enseignement supérieur, l’Agriculture, les Transports et le Tourisme. C’est surtout le secteur de l’énergie qui semble accaparer l’intérêt du gouvernement. La conjoncture actuelle, compliquée par l’avènement de la Covid, plaidant pour cette approche. L’ex-PDG de Sonatrach Abdelmadjid Attar devient ministre de l’Energie en remplacement de Mohamed Arkab. Ce dernier reste toutefois au gouvernement en devenant le ministre des Mines. Le secteur des Mines semble sous le soin du Gouvernement dans une perspective économique en évolution. L’on peut dire que Abdelmadjid Attar, un connaisseur du secteur qui passe par une phase particulièrement délicate, notamment à l’échelle des marchés internationaux, arrive à un moment jugé prépondérant. Chems-Eddine Chitour hérite, de son côté, d’un nouveau portefeuille, la transition énergétique et les énergies renouvelables. Ainsi Chitour s’occupera du sensible secteur des énergies renouvelables, rattaché auparavant au ministère de l’Environnement. La transition énergétique étant un objectif stratégique du Gouvernement, Chittour, qui a toujours plaidé pour une urgente transition énergétique, aura à gérer un secteur d’importance pour le futur énergétique national. Aymen Abderrahmane, le Gouverneur de la Banque d’Algérie, devient ministre des
Finances, en remplacement de Abderrahmane Raouya, qui quitte le gouvernement. Mohamed Hamidou est nommé ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial remplaçant Hacene Mermouri qui quitte également l’exécutif. Abdelhamid Hamdane prend la tête de l’Agriculture, en remplacement de Chérif Omari qui quitte aussi le gouvernement. Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad, qui était ministre délégué chargé de l’Industrie pharmaceutique, accède au rang de ministre du même secteur. Benbahmed s’est distingué durant la gestion de la pandémie de la Covid. Le professeur et analyste économique Mohamed Cherif Belmihoub est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective. On notera le départ de Bachir Mestaifa, qui était ministre délégué chargé des Statistiques et de la Prospective, deux secteurs qui sont rattachés à deux ministères différents. Mounir Khaled Berrah est désigné ministre de la Numérisation et des Statistiques. Autre changement remarqué, Abdelbaki Benziane devient ministre de l’Enseignement supérieur, en remplacement de Chems Eddine Chitour. Il y a aussi le départ de Chérif Omari remplacé au ministère de l’Agriculture et du Développement rural par Abdelhamid Hamdane. Les Transports sont séparés des Travaux publics, Farouk Chiali garde le portefeuille des Travaux publics, et arrivée de Lazhar Hani, ex-patron de CMA-CGM Algérie et grand connaisseur du fret maritime, aux Transports. Yacine El-Mahdi Oualid est désigné ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance. Samir Chaabana devient ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté nationale à l’étranger. Chaabna, ancien journaliste à la Télévision, était député de la communauté nationale à l’étranger. On note ainsi le remplacement de Nouredine Morceli par Salima Souakri comme Secrétaire d’Etat chargé du Sport d’élite. Il y a lieu de remarquer enfin le départ de Salim Dada, Secrétaire d’Etat chargé de la production culturelle.

Composition du nouveau gouvernement

Abdelaziz Djerad : Premier ministre.
Sabri Boukadoum : Ministre des Affaires étrangères.
Kamal Beldjoud : Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire.
Belkacem Zeghmati : Ministre de la Justice, garde des Sceaux.
Aymen Benabderrahme : ministre des Finances.
Abdelmadjid Attar : ministre de l’Energie.
Chems Eddine Chitour : ministre de la transition énergétique et des énergies renouvelables.
Tayeb Zitouni : ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit.
Youcef Belmehdi : ministre des Affaires religieuses et des Wakfs.
Mohamed Ouadjaout : ministre de l’Education nationale.
Abdelbaqi Benziane : ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Hoyam Benfriha : ministre de la Formation et de l’Enseignement
rofessionnels.
Malika Bendouda : ministre de la Culture et des arts.
Sid Ali Khaldi : ministre de la Jeunesse et des Sports.
Mounir Khaled Berrah : ministre de la numérisation et des statistiques.
Brahim Boumzar : ministre de la Poste et des Télécommunications.
Kaoutar Krikou : ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.
Ferhat Aït Ali Ibrahim : ministre de l’Industrie.
Mohamed Arkab : ministre des Mines.
Abdelhamid Hamdane : ministre de l’Agriculture et du Développement rural.
Kamel Nasri : ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.
Kamel Rezig : ministre du Commerce.
Ammar Belhimer : ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement.
Farouk Chiali : ministre des Travaux publics.
Lazhar Hani : ministre des Transports.
Arezki Berraki : ministre des Ressources en eau.
Mohamed Hamidou : ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du travail familial.
Abderrahmane Benbouzid : ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.
Ahmed Chawki Fouad Acheuk Youcef : ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.
Bessma Azouar : ministre des Relations avec le Parlement.
Nassira Benharrats : ministre de l’Environnement.
Sid Ahmed Ferroukhi : ministre de la Pêche et des productions halieutiques.
Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad : ministre de l’industrie pharmaceutique.
Mohamed Cherif Belmihoub : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la prospective.
Nassim Diafat : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises.
Yacine El-Mahdi Oualid : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’économie de la connaissance et des starts-up.
Samir Chaabana : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la communauté nationale à l’étranger.
Aïssa Bekkai : ministre délégué auprès du ministre du Commerce chargé du commerce extérieur.
Hamza Al Sid Cheikh : ministre délégué auprès du ministre de l’environnement chargé de l’environnement saharien.
Salima Souakri : secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d’élite.
Bechri Youcef Sehairi : secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la Culture, chargé de l’Industrie cinématographique.