Menées depuis mai 2017 par la wilaya d’Alger, les 22e et 23e opérations de relogement ont permis jusqu’à ce jour le relogement de 13 000 familles dans des habitations convenables. Des actions qui seront suivies jusqu’à l’éradication totale de l’habitat précaire à la fin de l’année 2017.

La capitale a connu en 2017 plusieurs opérations de relogement au profit de milliers de familles résidant dans des caves, des terrasses, des bidonvilles et des habitations exiguës ainsi que des indus occupants de locaux pédagogiques vers de nouveaux logements réalisés par l’Etat dans différentes formules, Logement public locatif (LPL), Logement social participatif (LSP), location-vente (AADL) et Logement promotionnel public (LPP). Ainsi, quelque 13 000 familles relogées dans des LPL et LSP. Lancée le 23 mai dernier, la 22e opération de relogement dans la wilaya d’Alger a concerné plus de 4 000 familles parmi les habitants des bidonvilles, des caves, terrasses et chalets dans six circonscriptions administratives, à savoir Dar El Beïda, Draria, El Harrach, Bir Mourad Raïs, Chéraga et Bouzeréah. La 23e opération a été lancée, quant à elle, le 26 décembre au profit de plus de 8 000 familles dans des logements décents. En outre, des milliers de familles algéroises ont bénéficié des programmes AADL et LPP.

Les bidonvilles  en voie d’extinction
Pas moins de 20 sites de bidonvilles, concernés par la 22e opération, dont ceux d’Oued El Hamiz, (1 003 familles), Stoul El Mekki , commune de Gué de Constantine (199 familles), Parc Dounia, communes de Dely Ibrahim et Ouled Fayet (58 familles), Aïn Dzaïr, commune de Douéra (107 familles), Aïn Benian, attenant à l’Institut de tourisme (90 familles), El Roukhi, commune de Douéra (56 familles) et, enfin, Malika-Gaïd, commune d’El Harrach (36 familles).
L’opération a ciblé également les habitants des terrasses et des caves au niveau de Dely Ibrahim et Bordj El Kiffan, un site abritant des chalets dans la commune de Beni Messous ainsi que des points noirs au niveau des circonscriptions administratives de Draria et Chéraga. Elle a permis, en outre, de reloger un grand nombre de familles occupant indûment des classes, des cantines et des salles de soins au niveau d’établissements scolaires dans la wilaya, notamment à Chéraga et Bab El Oued. Squattées pendant des années, ces espaces pédagogiques ont été récupérés par les autorités locales pour régler le problème de la surcharge des classes. La première étape de la 23e opération de relogement, lancée le 26 décembre dernier, a concerné 3 000 familles sur un total de 8 000 occupants « ce qui reste » des bidonvilles, caves, terrasses, chalets et toute autre bâtisse anarchique, a indiqué  M. Zoukh, relevant que l’objectif majeur de la wilaya était de faire bénéficier les familles qui cohabitent dans un seul appartement de logements individuels pour chaque famille.
Dans ce contexte, des familles résidant dans des habitations exiguës au niveau de la cité Mahieddine à Alger ont été relogées au titre de cette 23e opération dans la nouvelle cité 416/Logements à Ouled Fayet. Elles seront suivies par d’autres, a affirmé M. Zoukh à l’adresse des personnes n’ayant pas pu bénéficier de cette opération ou ont été exclues des premières listes de bénéficiaires. Il a ajouté que les assiettes foncières récupérées seront destinées à la réalisation du programme Logement public appuyé (LPA) au profit des classes moyennes. La première étape de la 23e opération de relogement, qui a concerné 9 circonscriptions administratives et 16 communes, a permis de reloger 62 familles dans le cadre des recours acceptés par la commission ad-hoc.
La wilaya d’Alger a enclenché, le 21 juin 2014, les premières opérations de relogement au profit de 40 000 familles ayant bénéficié de nouveaux logements sociaux locatifs et 11 000 autres de logements sociaux participatifs sur un programme comprenant au total plus de 84 000 unités de logements sociaux et plus de 42 000 logements sociaux participatifs.
Le secteur de l’habitat a réceptionné et distribué, au cours des 11 premiers mois de 2017, quelque 234 000 logements de différentes formules, a indiqué récemment le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, mettant en avant l’engagement de son secteur, dans le cadre de la stratégie issue du plan d’action du gouvernement, à veiller au respect des délais de réalisation et de livraison de 1,6 million d’unités d’ici la fin du quinquennat (2015-2019).