La formule de l’aide à l’habitat rural s’est révélée globalement une solution au problème de logement dans la wilaya de Relizane. Une région quasiment rurale recelant une population éparse à travers des hameaux et monts de l’Ouarsenis.

Ce programme a connu, ces derniers temps, un engouement sans précédent des citoyens qui ne cessent de rencontrer des entraves, notamment le manque de foncier dans certaines communes. Quoique les pouvoirs publics ont trouvé des solutions à ces problèmes par la création de lotissements ruraux ainsi que les conditions requises à l’auto-construction, permettant à des citoyens qui ont lancé les travaux de réalisation de leurs logements au-dessus (1er étage) des habitations de leurs parents ou de leurs frères. Selon les déclarations du Directeur de la Caisse nationale du logement (CNL) de la wilaya de Relizane, Bachir Tahar Lakouas, le logement rural bénéficie généralement de la part du lion pour 37 645 unités pour un aspect financier de 22 524 310.000 dinars. Pour ce qui est du LSP, le CNL a octroyé une aide pour 5 421 unités dont l’aspect financier est de l’ordre de 2 613 832 500 dinars. Le montant débloqué pour les 43 474 unités LPL, dont la wilaya a bénéficié, est de l’ordre de 58 742 663 258,64 dinars. Le taux de consommation des crédits a dépassé les 90%, a-t-il précisé. Concernant le quota de logements de 2 000 unités relevant de la formule location-vente confié à l’entreprise chinoise qui a délivré 5 298 307 944,76 DA, celle-ci a zéro créances au niveau de la CNL, a-t-il fait savoir. Il est vrai que malgré l’amenuisement évident du budget de l’Etat pour les raisons qui désormais n’échappent à personne, les dirigeants algériens ont promis de continuer à soutenir les programmes d’habitat tracés, conscients qu’ils sont de l’importance de l’enjeu que constitue la pérennité dans la construction de nouveaux logements en tant que facteur fondamental de la stabilité sociale dans le cadre du programme du président Bouteflika.