La dépouille de l’ancien archevêque émérite d’Alger, Monseigneur Henri Teissier, décédé mardi dernier à Lyon (France), sera rapatriée aujourd’hui, soit une semaine jour pour jour après sa disparition, à bord d’un avion-cargo d’Air Algérie. Elle sera accueillie à l’aéroport international Houari-Boumediène d’Alger vers 14H40, un office religieux, prévu à 17 heures, est retransmis sur la page Facebook de la basilique https://www.facebook.com/notredameafrique pour ceux qui ne pourront pas le suivre depuis l’esplanade de la cathédrale, les places à l’intérieur étant limitées en raison de la crise sanitaire.
L’ancien archevêque sera inhumé le lendemain mercredi dans la chapelle Sainte-Monique de la basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger. Il reposera aux côtés du Cardinal Duval, a indiqué l’archevêché d’Alger. Selon le programme de recueillement pour la journée de mercredi, il est possible de se recueillir devant la dépouille et d’écrire sur le Livre d’or, entre 9H et 10H45. A 11H, un hommage officiel sera rendu au défunt, toutefois l’accès à l’intérieur de la basilique demeurera limité. Il sera toutefois possible, pour le recueillement, d’écouter les prises de parole depuis l’esplanade ou de suivre l’hommage sur la page Facebook de la basilique.
Entre 12H et 15h45, il sera également possible de se recueillir devant la dépouille, de signer le Livre d’or et de rencontrer les membres de la famille Teissier, les quatre évêques d’Algérie et des membres de l’Eglise. La cérémonie sera clôturée par l’inhumation à 16H de Mgr Teissier. Les jours suivants, il sera possible de se recueillir sur la tombe de l’ancien archevêque pendant les heures d’ouverture de la basilique.
Dans son message de condoléances, le jour de l’annonce du décès de Monseigneur Teissier, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a salué la mémoire d’un homme de paix et de dialogue qui œuvrait pour le vivre-ensemble, travaillant sans cesse au renforcement de l’amitié islamo-chrétienne. Il s’est incliné devant « sa passion pour l’Histoire de l’Algérie » et pour son intérêt assidu pour la vie et l’œuvre de l’Emir Abdelkader. Le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, a estimé qu’« avec la disparition d’Henri Teissier, digne héritier de Monseigneur Duval qui a soutenu, sincèrement, la glorieuse Révolution de novembre, l’Eglise catholique, mais aussi toute la sphère religieuse en Algérie, perdent un de leurs fidèles serviteurs ».
Pour sa part, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi a relevé, dans son message de condoléances, l’attachement de Mgr Henri Teissier à l’Algérie qu’« il n’a jamais quittée, même durant les pires moments de son Histoire », soulignant que le défunt « a été son défenseur » et « le témoin du respect du principe de la liberté religieuse en Algérie, épousant aussi les causes nationales ». Il a également salué sa « grande connaissance de la culture arabo-musulmane » et son « engagement pour le dialogue civilisationnel et pour le vivre-ensemble ». De son côté, le Secrétaire général au Haut-conseil islamique (HCI), Bouzid Boumediène, a qualifié Mgr Teissier « d’Algérien nationaliste ayant œuvré durant toute sa vie pour la promotion des valeurs humaines ». Lors de la messe des funérailles de Mgr Teissier à Lyon, samedi 5 décembre, l’ambassadeur d’Algérie en France Antar Daoud a rendu hommage au pasteur d’un christianisme « généreux, humaniste et rassembleur » et à un « précurseur du vivre-ensemble, humble et aimant ». n