La situation épidémiologique du nouveau coronavirus a repris une tendance haussière, ces derniers jours, et suscite l’inquiétude des professionnels de la santé et des autorités, notamment à la veille de grands regroupements comme la rentrée scolaire, le référendum sur la Constitution, la reprise de la prière du vendredi, alors que de nombreuses activités sont toujours à l’arrêt.

De 153 nouveaux cas confirmés, annoncés lundi dernier, l’Algérie est passée à 221 nouveaux cas vendredi. Ce qui représente quatre jours de hausses consécutives (174 mardi, 185 mercredi, 193 jeudi) jusqu’à franchir largement la barre des 200 cas. Une situation qui alerte au plus haut point et qui pose une question cruciale, à savoir celle qui remet en goût du jour le spectre d’un retour au confinement qui ne serait pas à écarter si la baisse de la vigilance se poursuit.
Même si le respect des gestes barrières n’a jamais été totalement respecté, il faut le reconnaître, il y avait tout de même un certain degré de conscience chez la population de façon générale, notamment lorsque le nombre de cas confirmés augmentait et que l’appréhension d’être infecté à la Covid-19 gagnait du terrain. Les masques, première recommandation permettant la limitation de la transmission du coronavirus, étaient plus visibles.
Actuellement, c’est le relâchement qui est plutôt visible et les masques ont tendance à ne plus être portés dans certains endroits, tout comme les autres mesures de prévention dont la distanciation physique et sociale. Le constat est que le relâchement devient plus accentué à chaque fois que les chiffres de la pandémie de la Covid-19 baissent ainsi que les contaminations sur plusieurs semaines, ce qui conduit les citoyens à penser que c’en est fini avec le coronavirus. Ce qui est complètement erroné, sachant que les professionnels de la santé n’ont jamais cessé de dire que «le virus est parmi nous», que «le virus circule toujours», qu’il faut «apprendre à vivre avec» et, surtout, de ne pas faire preuve de relâchement en matière de respect des mesures de prévention et des gestes barrières, seul rempart connu jusqu’à présent contre la propagation de la pandémie de coronavirus qui totalise actuellement en Algérie plus de 53 000 cas et plus de 1 800 décès.
Les chiffres ont augmenté alors que les rentrées scolaires et universitaire n’ont pas encore eu lieu, de même que plusieurs activités sont toujours à l’arrêt, en attente d’une autorisation pour reprendre, comme les transports inter-wilayas par bus et taxis, le métro d’Alger, certains commerces comme ceux des spiritueux, les auto-écoles, les salles de sport, de fêtes et autres.
Alors que la pandémie de la Covid-19 n’a pas encore dit son dernier mot et que plusieurs pays dans le monde souffrent d’une deuxième vague et de son corolaire qu’est le reconfinement, il s’agit pour les citoyens algériens de faire en sorte que le bilan en Algérie s’alourdisse pas plus en faisant preuve de vigilance, surtout à l’approche de grands rendez-vous synonymes de regroupements.
Pour la rentrée scolaire seule, ce sont près de 10 millions d’élèves qui sont attendus pour les trois paliers de l’Education nationale, le 21 octobre pour le primaire et le 24 octobre pour le moyen et le secondaire, sachant que les enfants sont des porteurs sains et connaissant le risque de contamination au sein des établissements scolaire du corps et le risque de contamination aussi des parents d’élèves.
Il y a également aussi le rendez-vous du référendum populaire sur le projet de révision de la Constitution le 1er novembre prochain, la reprise de la prière du vendredi à parti du 6 novembre dans les mosquées de plus de 1 000 places, ainsi que la reprise universitaire la dernière semaine de novembre.

Les appels insistants des autorités à la vigilance !
Si le relâchement se poursuit et si les chiffres poursuivent leur hausse, il se pourrait que toutes les prévisions d’ouverture soient compromises. Après les alertes lancées par les professionnels de la santé dès la semaine dernière, les autorités aussi poursuivent la sensibilisation contre la pandémie et mettent en garde, à leur tour, quant aux risques encourus par le relâchement. C’est le cas du ministère de l’Intérieur et celui de la Santé qui se sont prononcés sur la question.
Le ministère de l’Intérieur a appelé, dans un communiqué, les citoyens à faire montre «d’un sens élevé de responsabilité et de respect scrupuleux des gestes barrières et des protocoles sanitaires préconisés, notamment la distanciation physique, le port du masque et l’évitement des rassemblements, afin que les mesures préventives appliquées précédemment ne soient pas imposées de nouveau». Cette déclaration du ministère de l’Intérieur est très claire, dans le sens où elle met en garde les citoyens contre le risque du renforcement des mesures de confinement en cas de relâchement dans l’application des gestes barrières.
Le département de l’Intérieur appelle ainsi «les citoyens à accompagner les efforts des pouvoirs publics visant leur protection et la lutte contre l’épidémie de la Covid-19, ainsi que les mesures de prévention et d’atténuation pour la reprise progressive des activités économiques, sociales et éducatives», selon le même communiqué. La même idée est véhiculée par le ministère de la Santé. «Nous appelons encore une fois tous les citoyens à soutenir les efforts déployés pour limiter la propagation de cette épidémie dans notre pays, en respectant scrupuleusement les mesures barrières, à savoir l’hygiène des mains, la distanciation sociale et le port du masque obligatoire en tout lieu et en toutes circonstances», peut-on lire dans un communiqué du ministère rendu public hier. Il en appelle ainsi à la conscience de la population afin de préserver la santé publique. «L’actuelle situation épidémiologique mondiale de la Covid-19 et la relative augmentation des cas dans notre pays interpelle la conscience de tous les citoyens à l’effet de respecter les recommandations relatives aux mesures de prévention pour ne pas mettre en danger leur santé, celle de leur famille et de la société», est-il encore noté.
De son côté, le Dr Mohamed Bekkat-Berkani, membre du Comité scientifique de l’évolution de la pandémie de coronavirus, a affirmé que les citoyens doivent savoir que «le virus est toujours parmi nous et, par conséquent, il ne doit y avoir aucun relâchement dans les gestes barrières. Il est primordial de maintenir le même niveau de vigilance dans les espaces publics et les espaces clos». Ses principales recommandations restent le port du masque en premier lieu, ainsi que la distanciation physique. <

205 nouveaux cas, 115 guérisons et 5 décès
Deux cent cinq (205) nouveaux cas confirmés de coronavirus, 115 guérisons et 5 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, a indiqué samedi à Alger le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar.
Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 54193, soit 0,5 cas pour 100.000 habitants lors des dernières 24 heures, celui des décès à 1841 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 37971, a précisé Dr Fourar lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie de Covid-19.
En outre, 17 wilayas ont recensé durant les dernières 24 heures moins de 9 cas, 24 autres n’ayant enregistré aucun cas, alors que 7 autres ont enregistré plus de 10 cas. Par ailleurs,36 patients sont actuellement en soins intensifs, a-t-il également fait savoir. Le même responsable a souligné que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, rappelant l’obligation du respect du confinement et du port du masque.