Le siège du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), a accueilli, dimanche dernier, la cérémonie de l’installation comité scientifique et technique qui aura pour mission la préparation du colloque national sur la réhabilitation des balcons de Ghoufi et de l’hôtel adjacent , prévu le 18 avril prochain. Le secrétaire général (SG) du HCA, M. Si El Hachemi Assad a mis avant, lors de cette cérémonie, l’importance d’’ «organiser ce colloque dans la région de M’Chouneche située entre les wilayas de Biskra et Batna», en vue de réhabiliter les balcons de Ghoufi et de rénover l’hôtel adjacent, à l’abandon depuis 1990.
L’organisation de ce colloque s’inscrit, poursuit le SG du HCA, dans le cadre des «rencontres qu’organise le Commissariat avec le ministère du tourisme et de l’artisanat depuis août 2017, lesquelles ont été couronnées d’un accord bilatéral prévoyant la promotion du patrimoine amazigh et son inclusion au titre de l’activité touristique et artisanale» rapporte l’APS. Pour Si El Hachemi Assad, cette rencontre, qui verra également la participation des différents établissements et instances spécialisés dans le domaine du tourisme et du patrimoine traditionnel, de la société civile, ainsi que des autorités locales, est une opportunité pour chercher «les mécanismes à même de promouvoir ces balcons archéologiques et historiques, à travers leur rénovation et leur réaménagement, outre la prise en charge, la réhabilitation et la modernisation de l’hôtel adjacent, tout en prenant compte de son cachet architectural authentique qui caractérise cette région». Cette rencontre devrait être couronnée, de «recommandations constructives et importantes qui devront donner une forte impulsion à l’action destinée à célébrer le patrimoine historique et culturel authentique et l’exploiter dans la consolidation du tourisme et la construction d’une destination touristique qui contribue au développement économique» souligne le SG du HCA.

Valoriser le tourisme culturel dans la région des Aurès
De son côté, le directeur général de l’artisanat, Ben Ali Amcha a mis en exergue, dans son allocution, l’importance de «soutenir la coopération bilatérale entre le secteur du tourisme et le HCA, en vue de valoriser le patrimoine algérien authentique et l’exploiter dans la promotion de la destination touristique Algérie, pour attirer les touristes et leur donner l’opportunité de connaitre le patrimoine national authentique et diversifié que recèle l’Algérie». Estimant que le HCA est une instance importante, au regard de l’intérêt qu’elle porte au patrimoine civilisationnel et culturel amazigh pour le faire renaître et l’enraciner dans la société, il a aussi mis en avant «la contribution de son secteur, d’une manière continue, dans cette démarche en vue de donner une forte impulsion au tourisme et à l’artisanat».
Intervenant lors de cette rencontre, des spécialistes et experts ont souligné l’importance de la prise en charge du patrimoine culturel et civilisationnel qui représente l’identité et l’histoire de l’Algérie, ce qui implique sa réhabilitation et son exploitation dans le domaine du tourisme, relevant à cet égard, l’importance de promouvoir les différents sites archéologiques de l’ensemble du territoire national.La construction d’une destination touristique par excellence requiert l’amélioration des prestations dans les domaines du tourisme, le développement des structures d’accueil conformément aux standards internationaux et l’aménagement des différents sites archéologiques, historiques et culturels, ont estimé les intervenants.
Pour rappel, les balcons du Ghouf classé en tant que site naturel protégé sont revenus sur le devant de la scène médiatique et de l’attention des différentes institutions grâce à la mobilisation de la société civile et des associations de la protection du patrimoine qui œuvre sans relâche à valoriser et protéger les sites naturels et historiques. C’est dans cet esprit qu’en 2017 sur l’initiative les amis de Medghassène que le premier atelier international sur le patrimoine bâti de la région des Aurès avait dans la commune de Ghoufi, des experts nationaux en architecture et en restauration des anciennes constructions, en vue de répertorier et reconnaître l’état du patrimoine bâti notamment celui se trouvant le long de Oued Labiodh. Les participants à l’atelier, avait pris part des experts français et italiens, se sont ainsi penchés sur les fameuses thakliâth (bâtisses collective de stockage des récoltes et provisions) ainsi que les constructions plusieurs fois séculaires de villages de la vallée Oued Labiodh, une région connue pour sa richesse historique et archéologique s’enfonçant jusque dans les périodes préhistoriques. n