Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a lancé hier lundi un appel pour recueillir une aide d’urgence de 2,5 milliards de dollars afin de répondre aux besoins humanitaires de 39 millions d’enfants au Moyen-Orient en Afrique du Nord confrontés notamment à la pandémie du Covid-19. «Cet appel vise à apporter une aide humanitaire cruciale aux enfants et à continuer de répondre aux importants besoins nés de la pandémie» du Covid-19, a déclaré le directeur du bureau régional de l’Unicef, Ted Chaiban, dans un communiqué. «La région compte le plus grand nombre d’enfants dans le besoin au monde, en raison des conflits armés, de la pauvreté et de la stagnation économique», a expliqué Ted Chaiban, évoquant notamment les enfants au Yémen, en Syrie ainsi qu’au Soudan. Le Yémen, où le conflit a engendré la «pire crise humanitaire au monde» selon l’ONU, la Syrie, frappée depuis une décennie par une crise et le Soudan, asphyxié par une crise économique profonde seront «les premiers pays à bénéficier de cette aide», selon le communiqué. Au Yémen, 12 millions d’enfants, ou presque, ont besoin d’aide après cinq ans de conflit, selon l’Unicef. En Syrie, 4,8 millions d’enfants ont besoin d’aide après la crise qui a tué plus de 380.000 personnes, déplacé des millions d’autres et ravagé l’économie du pays. Au Soudan, 5,3 millions d’enfants ont besoin d’aide en raison d’inondations sans précédent et, d’une crise économique aigue. Et au Liban, 1,9 million d’enfants dépendent désormais de l’aide dans ce pays englué depuis plus d’un an dans une profonde crise économique et politique. Les fonds réclamés seront principalement investis dans l’éducation, l’assainissement des eaux, la santé, la nutrition ainsi que le soutien en matière de santé mentale. «Le monde ne peux pas fermer les yeux sur les besoins des enfants affectés par deux des plus horribles conflits de l’histoire récente», a affirmé M. Chaiban en référence à la Syrie et au Yémen. <