PAR NAZIM B.
Faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités algériennes à son encontre pour «appartenance à une organisation terroriste», le gendarme «déserteur», Mohamed Abdellah, serait sur le point d’être extradé par les autorités espagnoles.
Selon le quotidien El Khabar, le ministère espagnol de l’Intérieur a décidé de remettre aux autorités algériennes l’ancien gendarme, en Espagne depuis 2018 en tant que réfugié politique. Il faut relever que le procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs avait émis un mandat d’arrêt international contre les accusés Mohamed Abdellah, Zitout Mohamed Larbi, Aboud Hichem et Boukhors Amir plus connu sou sous le pseudo Amir DZ, tous poursuivis pour «adhésion à une organisation terroriste et grave atteinte à l’ordre public, à la sécurité et la stabilité de l’Etat».
«Conformément aux dispositions de l’article 11 du Code de procédure pénale, le procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Rais porte à la connaissance de l’opinion publique les faits d’une grave affaire pénale d’atteinte à l’ordre public, à la sécurité et la stabilité du pays, une affaire en cours de traitement judiciaire après de profondes investigations menées pendant plusieurs mois ayant permis d’identifier ses commanditaires, parmi eux des activistes sur la toile», a précisé un communiqué du procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs.
Parmi les commanditaires figure le nom de Zitout Mohamed Larbi qui aurait remis à un autre accusé (M. A.) «des sommes importantes utilisées sous le couvert de sociétés pour le financement des activités secrètes du Mouvement Rachad, notamment la location de biens pour abriter les réunions dudit mouvement», a ajouté la même source. «Membre d’un parti dissous au début des années 90, le dénommé M. A. a rejoint les groupes terroristes et a été condamné, en 1994, à la peine capitale avant de bénéficier des dispositions de la Concorde civile», a expliqué le communiqué du procureur de la République. Ce dernier a souligné que l’activité commerciale du dénommé M. A. consistait dans l’importation et l’exportation de pièces détachées d’imprimantes et d’achat et de vente de véhicules. La société a été créée et financée par les fonds versés par Zitout Mohamed Larbi à travers un pays du voisinage d’un montant global de plus de 50 000 USD, une somme qui a été introduite sur le territoire national par des trafiquants activant au niveau des zones frontalières, selon la même source.