Le dossier de remboursement des dettes contractées par les jeunes promoteurs, dans le cadre de la création de microentreprises, auprès de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), reste toujours ouvert au vu du nombre considérable des promoteurs qui rencontrent des difficultés à assainir leur situation vis-à-vis de l’Agence, notamment pour bénéficier d’un rééchelonnement de leurs dettes et d’annulation des pénalités de retard.

Pour preuve de l’acuité du problème, ce sont «quelque 1100 dossiers qui ont été déposés à ce jour par de jeunes promoteurs de microentreprises auprès de l’Ansej pour bénéficier des mesures de rééchelonnement des dettes et d’annulation des pénalités de retard», a fait savoir, hier, la directrice générale de l’Agence, Samira Djaïder.
«Plus de 500 de ces dossiers ont été déposés, à cet effet, par l’Agence auprès des banques concernées», a ajouté Mme Djaïder, lors du Forum d’El Moudjahid, qu’elle a animé en compagnie du directeur général de la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac), Mohamed Hamoudi.
En outre, près de 850 entreprises, parmi les 1100 ayant déposé un dossier, ont reçu la visite d’agents d’accompagnement des structures de l’Ansej au niveau local, a souligné la première responsable de l’Ansej, précisant que cette démarche a permis d’examiner de près la situation dans le cadre de la mesure de rééchelonnement des dettes et de l’annulation des pénalités de retard initiée par l’agence. Mme Djaïder a, en outre, fait savoir que des mesures de rééchelonnement des dettes et annulation des pénalités de retard avaient déjà été prises pour accompagner certains jeunes entrepreneurs rencontrant des «difficultés. Elle a néanmoins tenu à préciser que cette procédure d’allègement «ne veut aucunement dire l’effacement de la dette», a-t-elle insisté. «L’accompagnement concerne uniquement les jeunes entrepreneurs dont les projets ont bénéficié d’un financement avant mars 2011, ces derniers n’ayant pas profité des facilités et avantages accordés après cette date», a-t-elle souligné, rappelant que «le délai de dépôt des dossiers pour les entrepreneurs concernés par ces mesures cours jusqu’au 30 juin 2018». De son côté, M. Hamoudi a indiqué que la Cnac avait reçu 450 000 dossiers de jeunes créateurs de microentreprises créées dans le cadre de ce dispositif, pour bénéficier de la mesure de rééchelonnement des dettes et d’annulation des pénalités de retard. Il a, à l’occasion, invité les promoteurs concernés à se rapprocher des agences locales de la Cnac, dans le cadre de cette démarche mise en place pour relancer les microentreprises en difficulté.