PAR Milina Kouaci
C’est aujourd’hui que les auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation (Amar) vont décider du gel ou du maintien du mouvement de grève de trois jours qui devait être entamé demain mardi.
Le ministre de la Santé a reçu hier, une délégation du Syndicat national des auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation de santé publique (Snaamarsp) avec laquelle il a débattu des préoccupations soulevées par cette corporation. Le ministre, selon Amine Bendali, président du Snaamarsp, a promis de prendre en charge les revendications socioprofessionnelles du syndicat.
Outre le ministre de tutelle, le syndicat a été reçu par la Commission centrale du ministère de tutelle qui s’est engagée, pour sa part, à satisfaire et concrétiser quelques préoccupations du syndicat. Ladite Commission a demandé au Snaamarsp de surseoir à la grève de trois jours, mais ce dernier, qui réclame des solutions concrètes, a signifié à sa tutelle que la décision du maintien ou du gel du mot d’ordre sera prise aujourd’hui à l’issue du conseil national du syndicat. Il y a lieu de rappeler que les revendications des Amar tournent autour de la révision de leurs statuts. Le Snamaarsp réclame une couverture juridique, ainsi que la promulgation d’un statut particulier 11-235, l’établissement d’une nomenclature des actes, l’installation d’un Conseil de l’ordre des anesthésistes et l’ouverture d’un institut national académique de l’auxiliaire médical en anesthésie-réanimation de santé publique avec une formation en externe (bac+5). Il s’agit également de la revalorisation du diplôme de tous les Amar, ainsi que la promotion de la catégorie 12 à la 13 et de la 13 à la 14 sans conditions.