«Une action irréalisable», selon Mohamed Fadène Alors que l’Intersyndicale est en pleine campagne de collecte de signatures de parlementaires pour saisir le Conseil constitutionnel sur «la non-constitutionnalité de la réforme de la retraite», Mohamed Fadène, juriste et ancien membre du Conseil constitutionnel, nous a affirmé la non-faisabilité de cette action des syndicats autonomes.

«Ils ne peuvent saisir le Conseil car la réforme de la retraite a été adoptée avec un amendement maintenant la retraite sans condition d’âge jusqu’à 2019. Au-delà de cette date, il sera possible pour l’Intersyndicale de lancer une action devant la justice pour après pouvoir saisir le Conseil constitutionnel», a affirmé le juriste. Concernant la non-constitutionalité de la réforme de la retraite, motif du recours de l’Intersyndicale, M. Fadène nous a déclaré que pour dénoncer une non-constitutionalité, il y a «une loi organique qui est actuellement en préparation. Les plaignants devront d’abord saisir la Cour suprême qui se chargera par la suite de transférer le dossier au Conseil constitutionnel», a-t-il conclu. Rappelons que l’Intersyndicale, qui s’oppose à la réforme de la retraite et la loi de finances 2017, a organisé, samedi dernier, une journée d’étude sur « la non-constitutionalité de la réforme de la retraite». Jugeant cette loi «discriminatoire» et «inégalitaire» envers les travailleurs, l’Intersyndicale tente actuellement de réunir 50 signatures de députés pour présenter un recours au Conseil constitutionnel. Une démarche judiciaire qui sera certainement suivie par la reprise des protestations en cas d’échec. Idir Achour, porte-parole du CLA, nous a d’ailleurs affirmé qu’il ne s’agit que d’une «stratégie de lutte».W. S.