Le Groupe Sonelgaz sera constitué désormais de 16 sociétés, dont la Holding Sonelgaz, qui assurera le contrôle direct, après la dissolution de certaines filiales, dans le cadre de la nouvelle organisation décidée par la dernière Assemblée générale ordinaire (AGO), selon un communiqué de cette entreprise publique.

Présidée jeudi dernier par le ministre de l’Energie, Nouredine Bouterfa, cette AGO a donné son feu vert à la réorganisation « suite à un processus d’évaluation de l’efficience de la restructuration des activité du groupe », note la même source. Entamé par Sonelgaz en 2015, ce processus d’évaluation a été réalisé avec l’objectif d’« optimisation pour mieux répondre à la demande nationale en énergie et assurer un meilleur développement de ses métiers » et « la nécessité d’une plus grande performance et efficience du management en matière de conduite des projets, de génération de revenus et de valeur ajoutée avec un minimum d’investissement », selon le communiqué. Plusieurs filiales du Groupe sont ainsi absorbées. Il s’agit des sociétés de production d’électricité de Berrouaguia (SKB), de Terga (SKT) et de Koudiet Eddraouche (SKD) par la Société de production d’électricité de Skikda (SKS). Cette nouvelle configuration a amené le nombre d’opérateurs activant dans le métier de production d’électricité à six sociétés en comptant SPE (société de production d’électricité), SKTM (Shariket Kahraba oua Takat Moutadjadida), SKH (Sharikat kahraba Hadjret Ennous), SPP1 (Hybride gaz-solaire de Hassi R’Mel) et Karama (Production combinée d’électricité et de dessalement d’eau de mer d’Arzew), précise le communiqué.

 

Une seule société de distribution d’électricité et de gaz
Dans la distribution de l’électricité et de gaz, les sociétés de distribution de l’électricité et du gaz de l’Est (SDE) et de l’Ouest (SDO) par la Société de distribution de l’électricité et du gaz du Centre (SDC) à laquelle seront cédées les actions détenues par Sonelgaz dans la Société de distribution d’Alger (SDA).
Ainsi, la distribution sera assurée par une seule société avec SDA comme filiale. Concernant les activités industrielles, de prestations de service et de sûreté interne, il a été décidé le maintien des sociétés créées avant la restructuration de Sonelgaz avec transfert des actions qu’elle détient dans Ceeg, Mpv, Sopieg, Sat-info, Amc, Rouiba Eclairage, MEI, Transmex, Swat, Sat, Sar, Sah, aux sociétés des cœurs-métiers à savoir SPE, GRTE, GRTG, SKTM et la Société de distribution de l’électricité et du gaz SDC. Parallèlement, la Cameg sera absorbée par la Ceeg et la Skmk par MEI.
Seront maintenues aussi les sociétés filiales de travaux (Etterkib, Inerga, Kahrif, Kahrakib et Kanaghaz) et une société d’audit et de conseil juridique dénommée Caseg dont le capital est détenu majoritairement par les filiales cœurs-métiers sera créée.
Pour la mise en œuvre de cette nouvelle configuration de Sonelgaz, des groupes de travail sont créés afin de mener le processus dans un cadre de dialogue avec les partenaires sociaux.

 

Une société mixte de fabrication d’isolateurs électriques avec les italiens
Un projet de partenariat pour la création d’une société de fabrication d’isolateurs électriques de haute et très haute tension et les plans de développement des sociétés de Sonelgaz, pour la période 2016-2026, ont été approuvés par l’AGO, selon un communiqué de ce groupe. Une participation minoritaire de Sonelgaz est consentie dans cette nouvelle société par action (Spa) en partenariat avec les sociétés Enava (relevant du Groupe Algeria Chemical Specialities ACS) et Sediver (filiale de la société italienne Sediver SPA).
L’objectif est de mettre en place une usine intégrée de fabrication des isolateurs en verre trempé sous la marque Sediver.
Les isolateurs serviront en priorité à couvrir les besoins du marché national qui représentent environ 50% de la capacité annuelle de production, tandis que le reste est dédié à l’exportation.
Le projet permettra la création d’une nouvelle activité industrielle par le développement de la sous-traitance nationale, le développement des PME-PMI spécialisées dans les composants métalliques, ciment et emballage et, par conséquent, la création d’emplois et de la valeur ajoutée localement, indique-t-on de même source.