Le Mouvement de résistance palestinien Hamas a réaffirmé, samedi depuis Beyrouth, son attachement à la mise en oeuvre de la «Déclaration d’Alger», ayant couronné la Conférence d’«unification des factions palestiniennes», soulignant que l’étape actuelle exigeait la fin des différends pour se consacrer à la lutte contre les plans de l’occupation. Cette déclaration a été faite lors d’une rencontre entre une délégation du Mouvement Hamas, présidée par le vice-président de son bureau politique à l’étranger, Moussa Abou Marzouk et le président du parlement libanais, Nabih Berri, consacrée aux derniers développements de la cause palestinienne, selon le site officiel du Mouvement. Après avoir informé M. Berri des résultats des discussions en Algérie, notamment la «Déclaration d’Alger» pour l’unité nationale palestinienne, signée par quatorze factions palestiniennes le 13 octobre dernier, M. Abou Marzouk a exprimé la disponibilité du Hamas à mettre en oeuvre les points énoncés dans le document afin de parvenir à une unification palestinienne, indiquant que l’étape actuelle «requiert de mettre un terme à tous les différends et de se consacrer à la lutte contre l’occupation». A cette occasion, Abou Marzouk a présenté un exposé sur les derniers développements de la question palestinienne, notamment les violences quotidiennes et systémiques menées par les forces de l’occupation sionistes contre le peuple palestinien en Cisjordanie occupée et les assassinats de Palestiniens. De son côté, Nabih Berri s’est félicité de la «Déclaration d’Alger», soulignant l’importance de ne ménager aucun effort afin d’instaurer un climat favorable à l’unification des forces de la résistance palestinienne.