L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande aux populations du monde de porter « obligatoirement » le masque pour se protéger du coronavirus (Covid-19). L’OMS a indiqué samedi qu' »il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus, c’est-à-dire l’évacue dans l’air, et entretiennent la transmission de l’infection ». Une position qui contraste avec le début de l’épidémie (en décembre en Chine), quand l’OMS et de nombreux gouvernements répétaient que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche, en disant s’appuyer sur des données scientifiques. Parmi les raisons de l’évolution du discours sur les masques, l’émergence d’une hypothèse: Le coronavirus pourrait se transmettre via l’air expiré, « les aérosols » dans le jargon scientifique. On suspecte que « le virus puisse se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent », a, dans ce sens, déclaré vendredi soir sur Fox News le spécialiste américain Anthony Fauci, conseiller du président Donald Trump, une déclaration qui s’appuie sur les premiers résultats d’études scientifiques préliminaires rassemblées par les Académies américaines des sciences. Ainsi, l’OMS et les médecins recommandent désormais de porter le masque obligatoirement. Dès aujourd’hui, plusieurs pays du monde, ont commencé à inciter vivement, quand ils n’obligent pas déjà, leurs populations à en porter, pour les sorties pendant la période de confinement. La pandémie de Covid-19 a fait au moins 65.272 morts dans le monde, en majorité en Europe, depuis son apparition en décembre en Chine, selon un nouveau bilan établi par des agences sur la base de sources officielles dimanche. En outre, plus de 1.206.480 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 190 pays et territoires depuis le début de l’épidémie.