Le Pr Mohamed-Tahar Abadlia a été nommé, hier, président du Conseil national de la recherche scientifique et des technologies (CNRST). C’est le Premier ministre, Abdelaziz Djerad qui a procédé à son installation à ce poste à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en présence du ministre du secteur Chems Eddine Chitour. Dans une allocution prononcée à ce propos, le Premier ministre a estimé que «l’installation du Pr Abadlia est un moment mémorable», arguant que le Conseil national de la recherche scientifique et des technologies constitue «un outil important pour promouvoir la recherche scientifique, forger la prise de décision et soutenir l’économie nationale». Le CNRST est aussi, selon Djerrad, «un acteur essentiel pour tracer la politique nationale de la recherche scientifique». S’exprimant de son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur, Chems Eddine Chitour, s’est dit satisfait de la création du CNRST, tout en le qualifiant de «nouvelle pierre renforçant davantage le rôle du savoir et de la recherche en Algérie». Prenant la parole pour sa part, le Pr Abadlia, ancien Secrétaire général au ministère de l’Enseignement supérieur ayant été recteur de plusieurs établissements, à l’instar des universités de Blida, Boumerdès et Bouira, a exprimé la disposition du conseil, une fois que sa composante installée, à «travailler d’arrache-pied pour être au niveau des challenges et défis de la recherche scientifique et technologique dans notre pays». Aussi, l’ensemble des intervenants n’ont pas manqué de mettre en relief le rôle «déterminant» du Conseil, en ce qu’il constitue un organe chargé de définir «les grandes orientations de la politique nationale de recherche scientifique et du développement technologique et d’émettre des avis et recommandations sur les grandes options de la recherche scientifique et du développement technologique». Tout comme, il a la charge d’«évaluer la politique nationale de la recherche scientifique et du développement technologique et ses retombées ainsi que l’élaboration des mécanismes d’évaluation et de suivi de leur mise en œuvre». L’autre mission qui lui incombe aussi consiste en «la préservation, de la valorisation et du renforcement du potentiel scientifique et technique national, en sus de l’appui de la recherche scientifique et du développement technologique aux politiques publiques et la coordination intersectorielle des activités de recherche». Il est utile de préciser à cet égard que le Conseil émet également un avis sur toute question relative à la «définition de la politique nationale de recherche scientifique et de développement technologique, de sa mise en œuvre, de son évaluation ainsi que la valorisation des résultats d’activités de recherche scientifique et de développement technologique qui lui est soumise par le Président de la République, le gouvernement et les institutions publiques» est-il expliqué à ce sujet. A propos du fonctionnement du CNRST, composé par ailleurs de 45 membres, il s’agit d’un organe «indépendant», placé auprès du Premier ministère et doté de la personnalité morale et de «l’autonomie financière et administrative». Par ailleurs, Chitour a procédé également hier à l’installation du Pr Boualem Saidani, recteur de l’université de Béjaïa, au poste de Directeur général de de la formation et de l’enseignement supérieurs au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en remplacement de Larbi Chahed précédemment installé à ce poste, en 2018, par l’ex-ministre Tahar Hadjar.<