Le Président-directeur général (P-dg) de Sonatrach, Toufik Hakkar a indiqué, dimanche, que les recettes de la société avaient augmenté de 70% en 2021, comparativement à l’année 2020, et ce, grâce à l’augmentation de ses exportations en hydrocarbures.

Dans un entretien accordé à la chaîne d’information internationale algérienne “AL24 News”, M. Hakkar a précisé que Sonatrach avait réussi, en 2021, à réaliser des exportations en hydrocarbures d’une valeur dépassant 34,5 milliards USD (contre 20 Mds USD en 2020), tandis que les recettes réalisées sur le marché national s’élèvent à 2,5 Mds USD.

Les quantités globales de production de Sonatrach ont enregistré un taux de croissance de 5% fin 2021, selon le P-dg qui relève que les quantités exportées ont augmenté de 19% durant l’année écoulée.

Concernant l’année 2022, M. Hakkar a affirmé la détermination de Sonatrach à poursuivre son plan visant à développer les capacités nationales de production, en vue de répondre aux besoins internes qui enregistrent une croissance annuelle de 5%, ainsi qu’aux engagements contractuels avec les différentes partenaires, notamment en Europe et en Asie.

Dans ce cadre, il a fait savoir que Sonatrach investira 40 Mds USD à l’horizon 2026, dont 8 Mds USD en 2022. En vue d’assurer la disponibilité de ces financements, Sonatrach a besoin de maintenir la stabilité des cours du pétrole dans les 70 Dollars/baril, selon M. Hakkar.

Concernant les projets de Sonatrach à l’étranger, M. Hakkar a fait part de la poursuite des démarches en vue du retour de la société en Libye, dans le but de parachever ses projets pétroliers, en réunissant les conditions idoines, particulièrement en ce qui concerne la sécurité des travailleurs et du matériel.

Par ailleurs, le P-dg de Sonatrach a annoncé la découverte d’un gisement de pétrole au Nord du Niger près des frontières algériennes, ajoutant que Sonatrach s’attelle à le développer pour sa mise en exploitation, ce qui requiert plusieurs années.

Quant à la Mauritanie, Sonatrach étudie son retour vers ce pays voisin, en vue d’y établir des projets d’exploration pétrolière, en sus de l’augmentation de ses exportations d’urée qui est utilisée comme engrais, via Naftal.

Projet de pipelines Algérie-Nigeria: les résultats des études annoncés bientôt

A une question sur le projet de pipelines Algérie-Niger-Nigeria, le P-dg de Sonatrach a fait savoir que les études menées dans ce cadre par des groupes de travail mixtes étaient en cours de finalisation.

Ces études visent à actualiser les études de faisabilité réalisées entre 2009 et 2014 et financées par des banques internationales, afin d’avoir une vision plus précise du processus et du coût d’investissement, a-t-il expliqué. “Le travail se poursuit et nous annoncerons les résultats dans les prochains mois”, a-t-il dit.

Concernant les énergies renouvelables, M. Hakkar a indiqué que Sonatrach s’employait à développer plusieurs projets dans le domaine de l’énergie solaire, notamment à travers sa société mixte avec Sonelgaz.

Le groupe s’attelle aussi à développer des projets dans les domaines de l’hydrogène et des biocarburants à travers la création d’un centre de recherche spécialisé, la mise en place de partenariats avec des groupes étrangers de renommée comme l’italien Eni et le lancement de projets pilotes, a poursuivi le responsable.

Evoquant les récents accords avec Eni, M. Hakkar a qualifié le groupe italien de partenaire “fiable et stratégique”, ajoutant que ce partenariat permettra de développer une expertise dans de nouveaux domaines comme l’hydrogène et de remporter de nouveaux marchés dans la région méditerranéenne.