Deuxième match de Ligue des champions et deuxième prestation ratée pour Eden Hazard face à Bruges (2-2). Le Belge a tenté de se défendre devant les micros mais l’impatience monte.
Il symbolise plus que quiconque les débuts calamiteux du Real Madrid en Ligue des champions. C’est sans doute injuste mais lorsqu’on a coûté 100 millions d’euros, c’est beaucoup plus facile de vous faire porter le chapeau. Eden Hazard est donc le bouc-émissaire et même si c’est sans doute discutable, le Belge ne fait absolument rien pour se dédouaner des reproches dont il fait l’objet. Depuis son arrivée à Madrid, Hazard, et ses quelques kilos en trop, n’est que l’ombre du génial dribbleur de Chelsea. Cinq matches, aucune passe décisive, aucun but et 357 minutes à errer comme une âme en peine.
Dernière démonstration de son actuelle impuissance : son match face à Bruges (2-2) au Santiago Bernabeu. Avant la rencontre, il avouait sans mal : «Je ne suis pas encore un Galactique, les critiques à mon encontre sont logiques pour le moment, je ne montre pas que je suis un des meilleurs joueurs du monde». Ce mardi pour son deuxième match de C1 avec les Merengue, deux semaines après une prestation ratée à Paris (3-0), il a beaucoup tenté et autant raté.

«Si j’avais marqué un but à la dernière minute…»
Mais s’il a fait son mea culpa avec le match, il s’est voilé la face à l’issue du nul contre les Belges : «Je me suis bien senti aujourd’hui, mais je n’ai pas marqué et je n’ai pas fait de passe. Les gens ne vont retenir que ça, a-t-il pesté après la rencontre. «J’essaie d’apporter. Je pense que j’ai fait de bonnes choses et d’autres moins bonnes, comme le reste de l’équipe. Il manque juste un but, une passe. Si j’avais marqué un but à la dernière minute, tout le monde allait dire que j’ai fait un grand match. Il faut être décisif pour le club. Les gens attendent ça de moi. A moi de faire mieux.» Face aux flots de critiques qui s’abattent sur son protégé, son sélectionneur, Roberto Martinez, est monté au créneau dans les colonnes de As : «Je ne suis pas du tout inquiet. Eden est l’un des meilleurs joueurs du monde», a réagi le patron de la sélection belge. «C’est juste une question d’adaptation. Il pense toujours à l’équipe. Il s’adapte un peu à l’équipe. C’est un joueur d’équipe. La relation entre Eden et Zidane est parfaite.» Même son de cloche chez ses coéquipiers, en particulier Casemiro : «Nous connaissons Hazard, c’est un super joueur, il fait partie des meilleurs joueurs du monde», l’a défendu le milieu du Real. «C’est vrai que nous attendons tous beaucoup d’Hazard. Il essaye, il travaille dur pour essayer d’être meilleur et atteindre le bon rythme pour le Real Madrid. Il va progresser match après match.» La saison n’a démarré que depuis deux mois. Mais la patience accompagne très rarement les transferts à six chiffres.