L’Europe n’en a que pour Erling Haaland et Kylian Mbappé. Mais c’est un peu vite oublier ce vieux briscard de Karim Benzema. Une semaine après avoir vu la nouvelle vague déferler sur sa C1, Benzema a rappelé qui était le MVP du vénérable Real. Et avec 70 buts désormais, et surtout quatre trophées dans les placards en Ligue des champions, il toise avec une certaine avance la classe biberon. Ce mardi, ce fut un nouveau récital. A la construction, à la finition, Benzema dans des soirs comme celui-ci, c’est de la soie, c’est du velours. De la dentelle. Benzema est unique et porte sur ses épaules un Real Madrid qui a moins de marge sur la concurrence qu’à ses grandes heures. Heureusement pour lui, l’Atalanta Bergame ne fut que la pâle copie du merveilleux collectif que l’on connaît et Benzema s’est amusé à réussir tout ce qu’il a entrepris. Il lui a simplement manqué cette tête ajustée sur le gardien puis sur le poteau pour signer un doublé. Le reste fut un délice.

MODRIC : « C’EST UN GRAND JOUEUR »
Dans ces contrôles, ses orientations, ses choix de passes, leur timing, il a aéré le jeu, donné du liant, fait briller les autres. Comment Vinicus peut-il, par exemple, rater son face-face après le caviar délivré à la louche et sur un plateau par l’attaquant français (27e) ? C’est un crime de lèse-majesté tant la remise de Benzema méritait un meilleur sort.
Tout à la fois numéro 9 et numéro 10, comme souvent dans ce Real qui manque souvent d’inspiration, il a plané sur la rencontre. « Karim est incroyable, pas seulement en terme de buts, s’est extasié un Luka Modric qui en connait un rayon lorsqu’il s’agit de parler ballon. Il marque beaucoup mais il aide aussi l’équipe avec son jeu, ses mouvements. C’est un grand joueur, ses stats le prouvent.»
Zinédine Zidane sait, lui aussi, de quoi il parle quand il évoque son avant-centre. Et le coach du Real manque de mots pour saluer sa performance : « Depuis qu’il est là, il ne fait que progresser. On ne sait pas quand il va s’arrêter, s’est réjoui ZZ au micro de nos confrères de RMC Sport. Je ne parle pas du but mais surtout dans le jeu, il est exceptionnel. Peu de joueurs sont capables de maitriser le ballon comme il le fait et faire jouer les autres tout en restant efficace. »

MBAPPÉ, HAALAND, RONALDO ? NON, ZIDANE PROFITE DE BENZEMA
Son but, délivré sur un plateau par Modric, ne gâche évidemment rien à l’affaire. Rappelons tout de même que seuls quatre joueurs dans l’histoire ont marqué plus que lui en Ligue des champions : Cristiano Ronaldo (134), Lionel Messi (120), Robert Lewandowski (72) et Raul (71).
L’ancien Lyonnais n’est plus désormais qu’à une seule longueur (70) de la légende absolue du Bernabéu. Et à la question de savoir s’il préférait Haaland, Mbappé ou Ronaldo à la pointe de son attaque l’an prochain, Zidane n’a pas hésité longtemps : « Pour le moment, on a Karim Benzema et on profite de lui.» La nouvelle vague peut encore patienter.