La commission ad hoc chargée de la désignation des membres du Conseil national économique, social et environnemental (CNESE) au titre des secteurs économique, social et de la société civile, a approuvé hier, à l’issue de sa réunion tenue au siège du CNESE, la liste des membres du Conseil sélectionnés par le biais d’un algorithme mathématique conçu à cet effet pour une sélection automatique des candidatures à la composante du Conseil.

Par Bouzid Chalabi
Il s’agissait donc pour la commission ad hoc de passer en revue les 200 curriculum vitae (CV) des membres sélectionnés aux critères d’éligibilité, à savoir entre autres leur niveau de compétence et, également, vérifier si le nombre fixé par région et taux de représentation féminine correspondent à l’ancrage juridique, comme édicté par décret présidentiel n° 21-37 paru au Journal Officiel du 6 janvier 2021 portant composition et fonctionnement du CNESE. A l’entame des travaux qui se sont déroulés à huis clos, le président du CNESE Réda Tir a, lors de son allocution, indiqué que, conformément à l’article de loi n°8 du décret relatif à la composante du conseil, il est constitué de 200 membres répartis selon des règles précises. Pour le détail, 75 membres au titre des secteurs économique, social et environnemental, 60 au titre de la société civile, 20 au titre des personnalités qualifiées désignées par le président de la République et, enfin, 45 au titre des administrations et institutions de l’Etat. Comme il est relevé dans le décret que les membres sont désignés pour un mandat de trois ans, renouvelable une seule fois. Autre exigence, la composante des groupes représentatifs susmentionnée doit comporter au moins un tiers de femmes.
Notons que le président du CNESE a livré, à l’issue des travaux de la commission, d’autres détails sur la liste préliminaire des membres sélectionnés. Ce dernier affirmant ainsi que la liste compte 76 femmes, soit 38% des membres. Faisant remarquer que ce taux «représente le pourcentage le plus élevé par lequel un équilibre entre la compétence requise et le nombre par candidates est atteint». Réda Tir a précisé par ailleurs que 178 membres sont titulaires d’un diplôme universitaire, soit 89 %, dont 20 professeurs, 37 docteurs, 36 titulaires d’un magister ou d’un master, 29 ingénieurs, 56 titulaires d’une licence ou d’un diplôme équivalent. Toujours dans ce même registre, le président du conseil a rapporté que les membres sélectionnés sont répartis sur l’ensemble des 58 wilayas en proportion avec la population de chaque wilaya. Selon ce dernier, 22 membres sont issus des wilayas du Sud, 26 des Hauts-Plateaux et 7 de la communauté nationale établie à l’étranger, Allemagne, Afrique du Sud, Russie, Canada, Grande-Bretagne, Brésil et Emirats arabes unis. Quant aux pourcentages d’âge des membres sélectionnés, Tir a souligné qu’ils sont répartis sur trois catégories, 33 membres, soit 16%, ont moins de 40 ans, alors que 109 membres, soit 55%, ont entre 40 et 60 ans. La catégorie des plus de 60 ans représente 29 %, soit 58 membres, a-t-il ajouté, relevant que les membres sélectionnés ont une expérience professionnelle moyenne de 23 ans.
Réda Tir a enfin fait savoir que la liste nominative des membres du Conseil sera, quant à elle, publiée sur arrêté du président du CNESE après l’achèvement des procédures judiciaires en vigueur, conformément à l’article 17 du décret présidentiel n° 21-37 du 6 janvier 2021 portant composition et fonctionnement du Conseil. Notons que le programme de sélection des membres de la composante du conseil a été élaboré par le CNES en coopération avec le Dr El-Hachemi Guerrout, maître-assistant à l’Ecole supérieure de l’informatique, pour traiter les CV proposés. «Il fonctionne selon un algorithme qui prend en compte le critère de compétence et de représentation de femmes, ainsi que la répartition géographique dans la sélection après codage des candidats et des associations et organisations qu’ils représentent, en plus du critère d’âge», a expliqué Tir.
Il y a lieu enfin de retenir que de grands noms de la communauté nationale établie à l’étranger, mais aussi ici en Algérie figurent sur ladite liste. <