C’est difficile mais cela reste le football, il faut savoir assumer. On ne peut pas toujours gagner. On a mis tous les ingrédients pour pouvoir le faire. On savait qu’il fallait jouer contre cette équipe du Ghana, qu’il ne fallait pas attendre.

Malheureusement, il fallait mettre encore un peu plus de rythme en première période. Même comme cela, on s’est créé beaucoup d’opportunités. On n’a pas su concrétiser dans la surface de vérité, là où on a été réaliste ces derniers temps. En seconde période, j’ai alarmé tout le monde. Cette équipe allait nous endormir. On s’est fait avoir sur le premier but. Ce n’est pas une action magnifiquement construite des Ghanéens mais une perte de balle de notre côté. On a réussi à revenir au score mais on n’a pas su repartir de l’avant. (Sur le bilan du tournoi et l’avenir) Il ne faut pas tout jeter aux orties et puis corriger. Je crois qu’on avance beaucoup plus vite quand il y a une défaite que quand il y a une victoire. On n’oublie pas qu’on est un peu en avance. La CAN-2015, c’était un miracle, on ne devait pas y être. L’objectif c’était d’être dans cette CAN, on a pris goût pour pouvoir aller au bout. On n’y est pas allé mais maintenant il ne faut pas oublier l’autre objectif : le Mondial-2018. Il faut absolument qu’on y aille.