Le stress hydrique peut-il engendrer des ennuis de communication ? Dans le cas de Seaal, la réponse est affirmative. Après avoir publié un avis selon lequel il passe à la rationalisation de la distribution d’eau, le gestionnaire a décidé de le retirer…

Par Bouzid Chalabi
En effet, après avoir publié, hier, un communiqué dans lequel la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) informe ses abonnés qu’elle passe à la rationalisation de l’alimentation en eau potable (AEP) à partir d’aujourd’hui mardi 18 mai, il n’en fallait pas tant pour que des centaines d’abonnés ripostent par le biais du réseau social Facebook. Est-ce pour autant que le déchaînement de colère enregistré a fini par contraindre la Seaal de retirer son communiqué séance tenante ?
Et pourtant, l’annonce de la mise en place d’une tranche horaire dans l’AEP n’a rien d’inouïe tant une telle mesure s’impose au vu du grave déficit actuel de l’offre en la matière. Sur ce dernier point, il convient de savoir que la baisse de la pluviométrie, enregistrée durant les trois dernières années, a
provoqué une insuffisance dans la quantité de l’eau stockée dans les barrages qui assurent l’AEP de la wilaya d’Alger.
Qu’on en juge. La rareté de la pluie a engendré une perte de volume de production de 340 000 m3/jour. «Passant de 1,2 million de m3/jour à 860 000 m3/j», précise la Seaal dans son communiqué annulé. C’est pour dire que cette dernière s’est retrouvée sans autre alternative que de limiter la distribution selon une plage horaire définie, soit entre 12 h et 20 heures. Mais selon la lecture de centaines de commentaires d’abonnés sur leur page Facebook, «cette tranche horaire de distribution est des plus irréfléchies». D’autres diront : «Avec cet horaire de distribution, c’est ignorer quelques réalités chez les ménages dont les besoins en eau sont beaucoup plus prononcés dans la matinée. Ils expliquent à l’unanimité : «Devant des robinets secs pendant toute la matinée, les foyers vont s’employer sans frein, durant l’après-midi, à remplir les baignoires et tout autre ustensile». Quelques-uns diront : «En usant de ce procédé, les volumes non distribués durant toute la matinée vont vite être largement dépassés durant l’après-midi. C’est comme si on fermait la distribution le matin pour qu’ensuite la demande de l’AEP se dédouble». «Et le but recherché de rationaliser la distribution n’aura donc servi à rien sinon à créer des désagréments chez la population», se rejoignent à dire des personnes sur leur page facebook.
Cela dit, et malgré l’avalanche de commentaires d’usagers au réseau de l’AEP, la Seaal n’explique pas pour autant, dans son deuxième communiqué, les raisons qui l’ont poussé à abandonner l’option de rationalisation. Se contentant toutefois de laisser le commentaire suivant : «Nous informons nos aimables usagers que le programme de distribution visant la sécurisation et l’optimisation de la ressource en eau est différé à une date ultérieure.» Par contre, elle précise que le programme de distribution d’eau potable établi le 7 avril 2021 est toujours en vigueur et reste inchangé.
Mais à bien analyser le premier communiqué retiré, il est certain que les abonnés de la Seaal recevront bientôt un autre avis confirmant la décision de l’autorité de l’Eau à fermer les robinets pendant une période de la journée pour des besoins d’économie et d’efficacité. Sous quelle forme ? Wait and see…
Rappelons enfin que le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et World Ressources Institute (WRI) ont déclaré «le Maghreb en état de stress hydrique élevé». C’est pourquoi la gestion de l’AEP dans nos grandes villes va être de plus en plus difficile à maîtriser. Il faudra donc trouver des solutions afin d’assurer l’AEP, en commençant par réduire les niveaux des pertes. Un phénomène à ne plus sous-estimer tant les ressources en eau vont s’amoindrir.