Après avoir clôturé, la semaine dernière, à leurs plus hauts niveaux depuis septembre, les cours du pétrole conservaient, hier, leurs gains générés par la trêve commerciale observée par les Etats-Unis et la Chine.
Les légers reculs enregistrés pour ce début d’une nouvelle semaine n’empêchaient pas l’or noir de se maintenir assez confortablement au-dessus des 65 dollars sur le marché londonien où le baril de Brent de la mer du nord s’échangeait à 65,31 dollars à la mi-journée, cédant 0,14% de sa valeur par rapport à la clôture de vendredi.
A New York, le baril américain de WTI pour janvier abandonnait 0,08% à 60,02 dollars. Ainsi, les prix restaient hier proches de leurs records de vendredi dernier en cours de séance, lorsque le Brent de la mer du Nord avait atteint 65,79 dollars, alors que WTI avait grimpé jusqu’à 60,48 dollars le baril, soit des prix inédits depuis le mois de septembre. Le marché piétine lundi car « les investisseurs veulent y voir plus clair sur l’impact de l’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine », a estimé Al Stanton, analyste de RBC.
Pour rappel, les Etats-Unis et la Chine ont annoncé vendredi un accord préliminaire, qui marque une trêve après près de deux ans de guerre commerciale féroce à coups de droits de douane punitifs fragilisant l’économie mondiale.
Le président américain Donald Trump a dans le même temps renoncé à imposer une nouvelle salve de tarifs douaniers sur quelque 160 milliards de dollars de biens chinois qui devaient entrer en vigueur dimanche. De son côté, la Chine a également suspendu les taxes douanières supplémentaires sur des produits américains. De plus, « les données économiques chinoises publiées lundi (…) ont permis de soutenir les prix du pétrole », a complété M. Stanton.
La production industrielle chinoise s’est affichée en novembre en hausse de 6,2% sur un an, contre +4,7% en octobre. Il s’agit de son plus haut niveau en six mois.
Les ventes de détail ont pour leur part augmenté de 8% en Chine contre 7,2% le mois précédent, a selon le Bureau national des statistiques (BNS). Le rebond des cours pétroliers se ressent également au niveau de l’Organisation des pays producteurs de pétrole dont le prix du panier a clôturé la semaine (vendredi) à 66,76 dollars, selon les données de l’Organisation publiées hier sur son site web.
Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’Opep comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen (Congo), Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale), Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Irak), Kuwait Export (Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela).<