Le collectif d’ONG d’Oxfam International vient de lancer, dimanche 20 janvier, un appel aux Etats pour taxer les plus riches de la planète. Leur initiative fait suite à la publication de leur rapport annuel sur les inégalités dans le monde, où il est constaté que la fortune des milliardaires a augmenté de 900 milliards de dollars en 2018, soit au rythme de 2,5 milliards par jour, alors que celle de la moitié la plus pauvre de la population de la planète a chuté  de 11%. Pour Oxfam International, vingt-six milliardaires ont désormais entre leurs mains autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l’humanité. «Le fossé qui s’agrandit entre les riches et les pauvres pénalise la lutte contre la pauvreté, fait du tort à l’économie et alimente la colère dans le monde», a affirmé à ce sujet Winnie Byanyima, sa directrice exécutive. Les gouvernements «doivent s’assurer que les entreprises les plus riches paient leurs parts d’impôts», a-t-elle ajouté. Le rapport annuel d’Oxfam International est publié traditionnellement en amont du Forum économique mondial (World Economic Forum – WEF) qui se tient jusqu’à vendredi à Davos, en Suisse. Il indique, entre autres, que le nombre de milliardaires a doublé depuis 2008.
Oxfam constate que «les riches bénéficient non seulement d’une fortune en pleine expansion, mais aussi des niveaux d’imposition les moins élevés depuis des décennies». «Si la tendance était inversée, la plupart des gouvernements auraient suffisamment de ressources pour financer les services publics», a souligné l’ONG, qui estime que «la richesse est tout particulièrement sous-taxée». Elle a ainsi précisé que sur 1 dollar d’impôt sur le revenu, seulement quatre centimes proviennent de la taxation de la richesse.
Jeff Bezos,  112 milliards de dollars en 2018
D’après Oxfam, qui estime que les plus riches cachent au fisc 7 600 milliards de dollars dans certains pays comme le Brésil ou le Royaume-Uni, «les 10% les plus pauvres paient désormais des impôts plus élevés en proportion de leurs revenus que les plus riches». En 2017, ils étaient au nombre de 43. D’une manière générale, la fortune des milliardaires dans le monde a augmenté de 900 milliards de dollars l’an dernier, soit au rythme de 2,5 milliards par jour, alors que celle de la moitié la plus pauvre de la population de la planète a chuté de 11%, a-t-elle précisé. Quant à l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d’Amazon (112 milliards de dollars en 2018, soit 98,5 milliards d’euros), 1% de sa fortune correspond au «budget de santé de l’Ethiopie», insiste Oxfam. Ce rapport est publié à un moment où l’affaire Carlos Ghosn, ancien puissant patron de Renault, actuellement en difficulté avec la justice japonaise et mis en détention en raison de ses pratiques et de son train de vie luxueux et peu respectueux de l’intérêt du groupe, défraie la chronique internationale. Il intervient également dans un contexte où la taxation des plus grandes fortunes suscite des débats dans plusieurs pays.
En France, le mouvement des «gilets jaunes» a relancé le débat sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par le président Emmanuel Macron.
Aux Etats-Unis, la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, fraîchement élue, a proposé de taxer à 70% les plus riches, obtenant le soutien du prix Nobel d’économie (2008) Paul Krugman.