Rappelé à l’ordre par le président de la République, lors du dernier Conseil des ministres, le ministre des Mines Mohamed Arkab fait part d’une accélération des grands projets dans ce secteur, annoncés depuis plus d’un an. Le chef de l’Etat, rappelle-t-on, a instruit le département chargé des mines de lancer, dans les plus brefs délais, les projets d’exploitation des gisements de fer, de zinc et de phosphate.
Ainsi, dans son intervention, hier sur les ondes de la Chaîne III, Arkab a assuré que ces projets seront lancés dans les prochaines semaines, voire dans les prochains jours, pour certains projets. Il s’agit du projet d’exploitation de la mine de fer Gar Djebilet, à Tindouf, dont un contrat de partenariat sera signé dans les jours à venir pour le lancement des travaux de construction et pour entamer la phase exploitation à court terme, pour la production de 12 millions de tonnes.
Bien que le ministre ait assuré que ce projet, de même que les autres, sera lancé et réalisé dans une totale transparence, il a préféré ne pas citer le nom du partenaire qui a été d’ores et déjà choisi, selon lui, et garder sa nationalité secrète pour le moment.
«Notre partenaire vient d’un pays ami avec qui nous travaillons depuis quelque temps déjà.
(Suite en page 3)

On a déjà proposé les procédés d’exploitation pour la déphosphoration de la mine de fer et une fois en exploitation, on va pouvoir répondre aux besoins industriels du pays et exporter l’excédent», assure-t-il. Toujours dans le cadre de ce projet, il a indiqué que deux types de produits de minerai de fer seront mis sur le marché, avec une teneur de plus de 50%. Le concentré de fer qui sera produit au profit des grands complexes comme celui d’El Hadjar et la poudre de fer réduite qui sera utilisée dans les aciéries. Le but, assure le ministre, est de booster la production des matières premières pour répondre aux besoins industriels du marché local, réduire les importations en ces matières dont la facture avoisine le milliard de dollars et pourvoir de nouveaux emplois. Ainsi, rappelle-t-il, dans le cadre de ce projet, 3 000 emplois seront créés dans la phase construction et 1 000 dans la phase exploitation. «Tous les projets miniers seront réalisés par des entreprises nationales et seront donc évalués en dinars. Nous allons juste importer l’expertise», soutient-il.
Pour ce qui est du projet d’exploitation du phosphate, dans l’est du pays, la cadence sera également accélérée, selon lui, pour l’exploitation de la mine de Djebel Onk, la fabrication de fertilisant et celle de l’acide de sulfurique phosphorique. Tous ces projets, d’après lui, seront lancés en parallèle au cours du 1er semestre de cette année, pour la production de 2 milliards de tonnes de phosphate, générant plus de 6 000 emplois dans la phase construction et 1 500 dans la phase exploitation.
«Environ 16 partenaires sont en lice pour ce projet. Des appels à manifestation d’intérêts seront lancés dans les prochains jours et on choisira la meilleure offre. Concernant la mine de zinc d’Oued Amizour, l’étude technique est toujours en cours mais le projet sera lancé aussi dans les semaines à venir dans le cadre d’un partenariat», dit-il, avant d’évoquer le programme national d’exploitation des minerais non ferreux, très peu exploités en dépit de l’existence sur le territoire national d’une vingtaine de gisements de haute qualité. «D’ici la fin de cette semaine, on va mettre la première pierre d’une usine pour la production de la carbonade de calcium dans l’est du pays. Des projets du même type seront également lancés pour la production d’autres minerais non ferreux et on va lancer une grande opération de recherche minière, dans 17 wilayas, pour l’exploitation des minéraux industriels, de l’or et des pierres précipiteuses, notamment. Au total, 25 projets seront lancés», révèle-t-il, en faisant part d’une autre opération de recherche, des terres rares, avec la collaboration du ministère de la Défense nationale. Pour la première fois en Algérie, assure-t-il, la géophysique aéroportée sera utilisée pour la détection de terres rares.