A quelques jours du mois de Ramadhan, les responsables se veulent rassurants quant à la disponibilité des viandes blanches et rouges durant ce mois. Le Directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au ministère du Commerce, Ahmed Mokrani, a annoncé, hier, la disponibilité des viandes blanches et rouges à des prix raisonnables. «Durant le mois de Ramadhan, le marché national sera approvisionné en quantités importantes de locales et importées à des prix raisonnables», a annoncé Mokrani, dans une déclaration à l’Agence presse service. Précisant qu’il est non seulement question d’une production locale de viandes rouges et blanches, mais également d’importation «de quantités de viandes rouges fraîches et congelées» dans l’objectif de répondre à la demande qui augmente généralement durant ce mois de jeûne. Plus précis à ce sujet, Mokrani indique que «pour le mois de Ramadhan, 12 500 tonnes de viande bovine fraîche et 26 500 tonnes de viande bovine congelée seront importées par des opérateurs spécialisés dans ce domaine». S’agissant la viande locale, il a noté que durant le mois de Ramadhan, la production de viande bovine est de l’ordre de 52 000 tonnes». Cette production, est-il précisée, «sera assurée en plus de l’octroi de licences pour l’importation de près de 3 000 bovins». S’exprimant à propos de la viande ovine, M. Mokrani a tenu à souligner que grâce à «l’autosuffisance enregistrée dans cette filière, le marché national sera aisément approvisionné». Pour rassurer sur l’importance de la disponibilité de la production nationale, Mokrani fait observer que le cheptel national est de l’ordre de 29 millions de têtes ovines et 1 780 000 têtes bovines, a-t-il fait savoir. Evoquant les viandes blanches, Mokrani a d’emblée expliqué que «le marché sera approvisionné en quantités variant entre 53 000 et 54 000 tonnes durant le mois de Ramadhan». Selon lui, l’Office national des aliments du bétail et de l’élevage avicole (Onab) a stocké des quantités considérables allant jusqu’à 4 000 tonnes, en prévision de ce mois pour garantir la disponibilité et éviter la flambée des prix. S’exprimant en outre à propos des conditions de travail des éleveurs, M. Mokrani a expliqué que «l’Etat a accordé toutes les facilitations aux éleveurs, producteurs et commerçants pour garantir un approvisionnement du marché en viandes durant la période de confinement, et ce, en prévision du mois de Ramadhan. Plus explicite, il soutiendra que «les instances de tutelle ont accordé des autorisations à ces opérateurs pour leur permettre de se déplacer librement, en présentant la carte d’agriculteur ou le registre de commerce». Evoquant en outre les trois abattoirs publics existant à travers le territoire national dans la wilaya de Djelfa, à Hassi Bahbah, à Ain M’lila, dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, et à Bougtob dans la wilaya d’El Bayadh, qui «seront mis à la disposition des éleveurs pour garantir un approvisionnement régulier du marché national».<